ici on discute de tout et de rien
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Villiers-le-Bel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Villiers-le-Bel   Mer 20 Fév - 20:32

huit personnes relâchées, huit déférées au tribunal

Parmi les personnes déférées figure le frère de l'un des deux jeunes morts dans l'accident à l'origine de la vague de violence.
La procureur de la République a répété que le fait qu'il soit le "frère d'un défunt" serait pris en compte et que sa situation serait étudiée "avec humanité".



Parmi les suspects interpellés lundi matin lors de la descente de police de grande ampleur à Villiers-le-Bel, huit ont été complètement innocentées mercredi, au terme de leur 48 heures de garde à vue. La procureure de Pontoise a indiqué que cinq des personnes innocentées l'ont été suite à la vérification des alibis qu'ils ont donné. "Certaines informations qui nous venaient de sources sérieuses sont infondées, c'est regrettable, dans une affaire aussi délicate, il y a des dommages collatéraux", a-t-elle ajouté.

Huit autres personnes ont été déférées au tribunal : quatre le sont dans le cadre de la tentative d'homicide du commissaire de Sarcelles qui avait été roué de coups en arrivant à Villiers après la mort des deux adolescents, et de l'incendie de son véhicule. Les quatre autres sont déférées dans le cadre des incendies de la bibliothèque et d'une école élémentaire de Villiers-Le-Bel. Parmi les personnes déférées, au moins une personne a été mise en examen. Ce suspect, qui a déjà un casier judiciaire, a été reconnu par le commissaire qui avait été roué de coups par plusieurs jeunes en se présentant à Villiers quelques instants après la mort de deux adolescents, a précisé une source judiciaire. Il conteste les faits qui lui sont reprochés, a ajouté cette source.

Par ailleurs, l'une des personnes déférées est le frère de Lakamy, l'un des deux adolescents morts sur la mini-moto. Il a été déféré devant le parquet de Pontoise dans le cadre de l'enquête sur l'incendie du véhicule du commissaire de police. La procureur de la République a répété à plusieurs reprises que le fait qu'il soit le "frère d'un défunt" serait pris en compte et que sa situation serait étudiée "avec humanité". Il avait été interpellé lundi à la mi-journée, après l'opération de police. "Une machette a été brandie et il y a eu une certaine agitation", avait expliqué la magistrate.

Selon Le Parisien, l'enquête progresse vite. Le directeur de la police judiciaire de Versailles estime que le "déroulement des faits est en train de s'éclairer", à propos des émeutes. Les enquêteurs auraient relevé des contradictions dans les déclarations de personnes en garde à vue. Ils auraient même recueilli des aveux partiels de certains d'entre eux. Au total, si on prend en compte toutes les enquêtes menées sur les violences qui ont éclaté fin novembre, huit personnes ont été déférées, quatorze ont été laissées libres et seize restent en garde à vue. Au total, 38 personnes ont été placées en garde à vue depuis la vaste opération de police menée lundi au petit matin à Villiers-Le-Bel.


L'IGPN enquête sur les photos publiées dans Paris Match
Michèle Alliot-Marie a saisi l'Inspection générale de la police nationale (police des polices) à la suite de la publication dans l'hebdomadaire Paris-Match de photos prises à l'intérieur d'un appartement perquisitionné par les forces de l'ordre. L'IGPN doit enquêter sur les circonstances dans lesquelles l'équipe de Paris-Match a pu faire ces photos. Le ministère a précisé que cette équipe, munie des autorisations nécessaires, suivait la BRI (brigade de recherche) de Versailles depuis une semaine. Mais, a-t-on ajouté, la BRI a continué à laisser cette équipe la suivre lors de la vaste opération de police de Villiers-le-Bel, sans demander l'avis de la hiérarchie. L'hebdomadaire publie une série de photos montrant l'intervention de la police jusque dans un appartement, l'interpellation d'un homme en slip et la perquisition de son logement, avec un matelas retourné par un policier.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe


Dernière édition par nath le Sam 23 Fév - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Villiers-le-Bel   Jeu 21 Fév - 20:32

2 nouvelles mises en examen pour tentative de meurtre

Depuis mercredi matin, 9 personnes ont été mises en examen dans le cadre des enquêtes sur la tentative de meurtre sur le commissaire, l'incendie de son véhicule et l'incendie de plusieurs bâtiments publics.
16 personnes sont toujours en garde à vue dans l'enquête qui concerne les tirs de plombs et de grenaille.



Avec les deux nouvelles mises en examen de jeudi matin pour tentative de meurtre contre un commissaire, ce sont désormais neuf personnes qui sont mises en examen dans les enquêtes sur les violences de Villiers-le-Bel, dans le Val-d'Oise, fin novembre. L'éventuelle incarcération de ces deux personnes, mises en examen pour "tentative d'homicide volontaire aggravé", n'avait pas encore été décidée jeudi à la mi-journée.

Ces deux personnes, qui étaient en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur les tirs de grenaille et de plomb contre les forces de l'ordre, ont été mises en examen dans le volet précis de l'enquête relatif au commissaire de Sarcelles. Celui-ci avait été roué de coups après s'être rendu sur les lieux de la collision entre une mini-moto et un véhicule de police qui avait coûté la vie à deux adolescents. En tout, trois personnes ont été mises en examen dans l'enquête sur le tabassage du commissaire de Sarcelles. L'individu mis en examen mercredi dans ce dossier a été écroué.

Reste l'enquête "la plus importante", selon la procureure, qui concerne les tirs de plombs et de grenaille qui avaient blessé plusieurs dizaines de fonctionnaires de police lors des violences à Villiers. Seize personnes étaient toujours en garde à vue jeudi matin dans cette affaire. Les faits ayant été commis en "bande organisée", les gardes à vue peuvent durer 96 heures dans ce volet de l'affaire (concernant les tirs). La procureure de Pontoise a précisé que ce dossier allait être "disjoint" pour permettre l'ouverture d'un nouveau dossier qui porte sur le caillassage des forces de l'ordre.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Villiers-le-Bel   Sam 23 Fév - 19:32

Mises en examen en série


Au total, 18 personnes ont été mises en examen et 11 écrouées dans l'enquête sur les violences à Villiers-Le-Bel fin novembre.
Vendredi encore, 4 personnes ont été mises en examen pour les tirs contre les forces de l'ordre.


Des primes offertes à ceux qui acceptent de parler, la possibilité de venir témoigner anonymement... La police a eu recours à des moyens inédits pour retrouver ceux qui ont tiré, il y a 3 mois, sur des forces de l'ordre à Villiers-le-Bel. Cela a conduit au spectaculaire coup de filet lundi. Cinq jours après, la procureure de Pontoise a fait le bilan vendredi, à l'occasion d'une conférence de presse.

Au total, 18 personnes ont été mises en examen et 11 écrouées dans les différents volets de l'enquête. Vendredi pour la première fois depuis le coup de filet de lundi, quatre personnes ont été mises en examen dont trois écrouées dans le volet de l'enquête portant sur les tirs de coup de feux contre les forces de l'ordre en bande organisée. La procureure a souligné le fait que l'enquête ne se terminait pas à l'issue des gardes à vue des interpellés de lundi et qu'il pourrait y avoir d'autres interpellations dans les jours ou les semaines à venir.

Selon la procureure, trois personnes ont par ailleurs été mises en examen et écrouées pour la tentative de meurtre d'un commissaire de police. Cinq personnes ont été mises en examen, dont trois écrouées, pour le caillassage des forces de l'ordre. De plus quatre ont été mises en examen et deux d'entre elles écrouées pour les incendies d'une bibliothèque et d'une école de Villiers.

Enfin, deux personnes ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire pour l'incendie du véhicule du commissaire de Sarcelles, dont le frère de Lakamy, 16 ans, l'un des deux adolescents morts. Une troisième personne déférée dans ce dossier a été entendue sous le régime de témoin assisté, à mi-chemin entre le statut de mis examen et celui de simple témoin.

"Une vingtaine de mises en examen pour une quarantaine d'interpellés, c'est un ratio normal dans ce genre d'enquête", a estimée l'avocate qui défend plusieurs inculpés dans les enquêtes sur les tirs de coup de feux et sur l'agression du commissaire de police. La procureure a pour sa part estimé que l'enquête avait "permis d'obtenir des résultats et d'élucider des faits criminels et correctionnels". S'efforçant de désamorcer d'éventuelles réactions de colère à Villiers-le-Bel, elle avait convié à s'exprimer lors de cette conférence de presse l'avocat d'un des prévenus et avait autorisé les "grands frères" de Villiers-le-Bel, présents en nombre au tribunal, à assister à la conférence. Elle a souligné que 11 "seulement" sur 18 mis en examen avait été écroués, "ce qui veut bien dire que (...) la détention qui a été requise dans les différentes procédures l'a été avec discernement". Elle a en outre déclaré qu'il n'y avait pas de "justice à deux vitesses", et que l'enquête sur la mort des deux jeunes "se (poursuivait) activement".

Deux expertises, l'une sur le véhicule, l'autre sur les conversations des policiers, sont en cours. Alors qu'un des grands frères l'interpellait, demandant quelles "preuves" avaient permis de mettre en cause les mis en examen, elle a refusé de répondre, soulignant qu'une "instruction (était) en cours", qu'il y aurait vraisemblablement d'autres interpellations. Elle lui a proposé d'être entendu par un juge d'instruction. Devant la véhémence du jeune homme l'accusant de "réveiller la banlieue", elle a rapidement mis fin à la conférence de presse sans répondre aux questions des journalistes.

La vaste opération de lundi, qui a mobilisé un millier de policiers, visait à retrouver les auteurs des violences survenues les 25 et 26 novembre à la suite de la mort de deux adolescents dans la collision de leur mini-moto avec un véhicule de police.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Villiers-le-Bel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Villiers-le-Bel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sir Charles Villiers Stanford
» Koechlin - Le Buisson Ardent
» échange mes cds
» Un collégien en garde à vue pour avoir saisi à la gorge son professeur.
» 30 Seconds to Mars dans Paris Dernière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre nous :: Discussion générale :: Actualités Divers-
Sauter vers: