ici on discute de tout et de rien
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jugée pour avoir tué sa fille handicapée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nath
Administratrice
Administratrice


Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Jugée pour avoir tué sa fille handicapée   Mar 8 Avr - 14:23

Une mère, qui a reconnu avoir tué sa fille handicapée motrice cérébrale de 26 ans, comparaît à partir de mardi devant la cour d'assises de Pontoise.
La semaine dernière, une autre mère aurait également décidé de mettre un terme aux souffrances de son fils polyhandicapé.


Lydie Debaine a reconnu avoir tué sa fille unique, handicapée motrice cérébrale âgée de 26 ans dont l'état de santé se dégradait. Elle comparaît mardi et mercredi pour assassinat devant la cour d'assises du Val-d'Oise.

Les faits remontent au 14 mai 2005, Lydie Debaine, 62 ans à l'époque, donne plusieurs cachets de barbituriques à sa fille Anne-Marie avant de la plonger dans une baignoire pour la noyer. Elle tente simultanément de se suicider en ingurgitant des barbituriques.

Quelques mois avant de mourir, la fille de Lydie Debaine avait un âge mental estimé à cinq ans et son état de santé s'aggravait progressivement. Au quotidien, elle souffrait de violents maux de tête, de crises d'épilepsie et de vomissements à répétition. Selon son dossier médical, "l'aggravation de sa dépendance" était "irrémédiable".

Un samedi matin, profitant de l'absence de son mari, Lydie Debaine est passée à l'acte avec pour toute explication un mot sur la porte d'entrée: "Pardon Fernand de te quitter, prends sur toi, courage, Anne-Marie ne s'est pas rendue compte, je t'aime, Lydie".

Les secours n'ont pu sauver Anne-Marie mais ont réussi à réanimer sa mère."Elle est très ébranlée. Elle attend ce procès, la suite de son histoire. Sans faire de déclarations générales sur la nécessité de légaliser l'euthanasie ou sur l'actualité récente, elle expliquera ce qui l'a amené à tuer sa fille. Sa sanction, c'est sa peine", raconte son avocate, Cathy Richard qui a décidé de plaider l'acquittement.

Dans le dossier d'instruction, les membres de la famille de Lydie et ses collègues de bureau disent que sa "fille était tout pour elle". S'il n'approuve pas le geste de son épouse, Fernand, le père d'Anne-Marie, lui a pardonné. Comme plusieurs membres de la famille, il sera cité comme témoin dans ce procès où il n'y a pas de partie civile. Lydie Debaine encourt la perpétuité, le verdict est attendu mercredi soir.

La semaine dernière une autre mère aurait également décidé de mettre un terme aux souffrances de son fils polyhandicapé. Mercredi, le jeune homme de 14 ans avait été retrouvé mort au domicile de sa mère. Les personnes entendues par le procureur de la République ont déclaré que celle-ci se serait confiée, racontant qu'elle ne supportait plus l'état de son enfant, dont elle se sentait responsable parce qu'elle conduisait le jour de l'accident.

Les premières constatations faisaient état de la présence de valium dans le sang de l'adolescent mais selon l'autopsie le jeune homme serait mort asphyxié.

La mère de l'enfant avait été retrouvée "prostrée près de son fils". Elle est actuellement hospitalisée dans un établissement psychiatrique à Seclin dans le Nord et n'a toujours pas pu être entendue, "les médecins ne l'ayant pas autorisé".

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice


Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Jugée pour avoir tué sa fille handicapée   Mer 9 Avr - 15:32

Elle tue sa fille handicapée: 3 ans avec sursis requis

Le procureur a requis 3 ans de prison avec sursis, mercredi à l'encontre de Lydie Debaine, qui a reconnu avoir tué en 2005 sa fille handicapée motrice cérébrale.
Mardi, elle avait détaillé la souffrance de son enfant et avait expliqué qu'elle se trouvait dans "une impasse".


L'avocat général de la cour d'assises du Val-d'Oise a requis, mercredi trois ans de prison avec sursis contre Lydie Debaine, qui a reconnu avoir tué en 2005 sa fille unique, une handicapée motrice cérébrale âgée de 26 ans dont l'état de santé se dégradait.

Mardi, face à la cour d'assises de Pontoise, elle avait détaillé les souffrances quotidiennes de sa fille et "l'impasse" dans laquelle elle se trouvait. "Vous ne pouvez pas savoir l'angoisse que c'est d'avoir un enfant comme ça. D'être assise à côté d'elle, d'essayer d'attirer son attention pour l'occuper, sans y arriver. C'est atroce. Personne ne pouvait rien à ses souffrances", avait-elle raconté à la cour d'assises de Pontoise, devant laquelle elle comparaissait libre.

Les faits qui lui sont reprochés remontent au 14 mai 2005. Alors âgée de 62 ans, Lydie Debaine avait donné plusieurs cachets d'anxiolytiques à sa fille, Anne-Marie, avant de la plonger dans une baignoire pour la noyer.

Devant la cour, l'état de santé de la jeune fille avait été évoqué par sa mère et par le personnel médical. Née prématurée avec une grave infirmité motrice cérébrale, Anne-Marie était invalide à 90%. A 26 ans elle avait l'âge mental d'un enfant de 5 ans. Même adulte, elle était incapable de lire ou de s'habiller seule. Selon un médecin appelé à la barre, elle était "semi-grabataire". A partir de 2004, son état s'était aggravé, elle était quotidiennement prise de crises d'épilepsie, de violents maux de tête, de vomissements et était obligée de porter des couches.

Peu à peu sa mère de plus en plus dépressive avait cessé de sortir pour s'occuper à temps plein de sa fille. L'avocat général, Charles Modat, a parlé d'"un enfermement qui n'a fait du bien ni à l'une ni à l'autre".

A l'audience, la mère de la jeune fille avait justifié le choix de la mort qu'elle souhaitait pour sa fille: "J'ai choisi la noyade parce que c'est rapide. J'ai regardé dans un dictionnaire: la mort survient en cinq minutes. Et puis je ne voulais pas abîmer son corps", avait-elle raconté en éclatant en sanglots. "Je me voyais dans une impasse. Elle souffrait trop. Pour les médecins, il n'y avait pas de solution".

Dans les heures qui ont précédé la noyade, Lydie Debaine avait écrit plusieurs lettres pour s'expliquer. A sa famille: "jamais vous n'imaginerez l'intensité de ma détresse et de mon désespoir". A son mari: "Fernand, j'ai essayé de tenir encore mais ce n'est plus possible. Je ne suis pas un monstre". Le verdict devrait être rendu mercredi soir.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice


Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Jugée pour avoir tué sa fille handicapée   Jeu 10 Avr - 15:12

La mère qui avait tué sa fille handicapée acquittée

Lidye Debaine, qui avait reconnu avoir noyé sa fille lourdement handicapée a été acquitté par la cour d'assises de Pontoise

C'est sous les applaudissements du public que Lydie Debaine a quitté la cour d'assise de Pontoise mercredi. Les jurés ont décidé d'acquitter cette femme, qui avait reconnu avoir noyé sa fille handicapée moteur cérébrale de 26 ans dont l'état se dégradait. Les réquisitions de l'avocat général Charles Modat, qui avait requis une "peine de principe" de trois ans de prison avec sursis, n'ont pas été suivies.

"J'espérais mais je ne m'y attendais pas, a déclaré Lydie Debaine après l'énoncé du verdict. C'est une reconnaissance des souffrances et de ce qui a provoqué mon geste. Je pense à ma fille. Cet acquittement va me libérer même si ça n'efface pas tout".Elle a également affirmé qu'elle ne regrettait pas son geste.

Lydie Debaine, 62 ans au moment des faits, était accusée d'avoir donné plusieurs cachets d'anxiolytiques à sa fille avant de la plonger dans une baignoire pour la noyer, le 14 mai 2005

Devant les assises, elle a longuement détaillé "l'enfer quotidien" vécue par sa fille, Anne-Marie, et "l'impasse" dans laquelle elle se trouvait. Anne-Marie était née prématurée avec une grave infirmité motrice cérébrale, Anne-Marie était invalide à 90%. A 26 ans, elle avait l'âge mental d'un enfant de 5 ans. Elle souffrait depuis plusieurs années de crises d'épilepsie, de violents maux de tête et de vomissements. "La pire des sanctions, Lydie Debaine la vit déjà avec la perte de celle à qui elle a consacré son amour et sa vie", avait déclaré l'avocat général au cours de ses réquisitions.

Les acquittements dans ce type d'affaires sont très rares. En 1994, notamment, la cour d'assises du Finistère avait acquitté un père qui avait poignardé son fils handicapé mental.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice


Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Jugée pour avoir tué sa fille handicapée   Jeu 10 Avr - 15:14

Pas d'appel du parquet après l'acquittement de la mère

Lydie Debaine, avait reconnu avoir donné plusieurs cachets d'anxiolytiques à sa fille handicapée avant de la plonger dans une baignoire pour la noyer.
Mercredi, Lydie Debaine, a été acquittée, une décision très rare dans ce genre d'affaires.


Le parquet de Pontoise a annoncé jeudi qu'il ne ferait pas appel de la décision d'acquittement de Lydie Debaine, qui avait tué en 2005 sa fille unique, handicapée motrice cérébrale de 26 ans dont l'état de santé se dégradait, rendue mercredi par la cour d'assises du Val-d'Oise. L'avocat général Charles Modat avait requis une "peine de principe" de trois ans de prison avec sursis.

"Nous respectons la décision de la cour d'assises. Il n'y aura pas d'appel du parquet", a expliqué à l'AFP le procureur de Pontoise, Marie-Thérèse de Givry. Mercredi, Lydie Debaine, 62 ans au moment des faits, a été acquittée, une décision très rare dans ce genre d'affaires. Cette mère avait reconnu avoir donné plusieurs cachets d'anxiolytiques à sa fille avant de la plonger dans une baignoire pour la noyer, le 14 mai 2005 à Groslay (Val-d'Oise). Née prématurée avec une grave infirmité motrice cérébrale, Anne-Marie était invalide à 90% et avait l'âge mental d'un enfant de 5 ans. Elle souffrait depuis plusieurs années de crises d'épilepsie, de violents maux de tête et de vomissements.

"C'est une reconnaissance des souffrances et de ce qui a provoqué mon geste. J'espérais cet acquittement mais je ne m'y attendais pas", a déclaré à la presse Lydie Debaine, qui comparaissait libre, après l'énoncé du verdict. "Je pense à ma fille. Cet acquittement va me libérer même si ça n'efface pas tout", a-t-elle encore dit, ajoutant: "je ne regrette pas mon geste mais ma fille me manque".

"La pire des sanctions, Lydie Debaine la vit déjà avec la perte de celle à qui elle a consacré son amour et sa vie", avait estimé l'avocat général au cours de ses réquisitions. "Elle est coupable du crime qui lui est reproché", avait-il néanmoins poursuivi. "Elle a tué sa fille avec préméditation. Elle était consciente de ce qu'elle faisait. Elle revendique un acte juste (...) Je ne le qualifierais pas d'acte juste", avait-il précisé.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice


Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Jugée pour avoir tué sa fille handicapée   Jeu 17 Avr - 15:18

Mère acquittée : le parquet fait appel

Le procureur général de la cour d'appel de Versailles a annoncé jeudi qu'il interjetait appel de la décision d'acquittement de Lydie Debaine, cette mère qui avait tué sa fille handicapée.
"Ce verdict d'acquittement pourrait être compris comme un encouragement à l'atteinte volontaire à la vie des handicapés", a estimé le procureur.


Nouveau rebondissement dans l'affaire de cette mère de famille qui avait tué en 2005 sa fille handicapée motrice cérébrale de 26 ans. Le procureur général de la cour d'appel de Versailles a annoncé jeudi à l'AFP qu'il interjetait appel de la décision d'acquittement de Lydie Debaine. "Sans méconnaître la situation dramatique de Mme Debaine, son profond désarroi et sa grande souffrance, il m'est apparu que le ministère public, avait le devoir, dans le souci de l'intérêt général, de requérir l'application de la loi et la condamnation de l'accusée", a expliqué Jean-Amédée Lathoud dans un communiqué.

"Ce verdict d'acquittement pourrait en effet, être compris comme un encouragement à l'atteinte volontaire à la vie des handicapés, qui méritent notre protection et notre soutien", a-t-il encore déclaré. "Il m'apparaît que l'acte de Mme Debaine, s'il justifie une réelle compassion, ne peut être accepté en l'état du droit français, de nos valeurs éthiques et des principes qui fondent la vie en société", a-t-il dit.

"L'épreuve continue dans la douleur pour ma cliente qui se trouve très mal ce matin. L'acquittement ne devait pas être interprété comme un permis de tuer mais comme la reconnaissance d'un acte juste. Je plaiderai à nouveau l'acquittement lors du procès en appel", a déclaré Caty Richard l'avocate de Lydie Debaine. Selon Me Richard, "ce n'était pas seulement une jeune fille handicapée mais une jeune fille qui souffrait, dont l'état se dégradait de jour en jour, et pour qui il n'y avait plus aucun espoir de soulagement thérapeutique", souligne-t-elle en réponse aux arguments du procureur général. "Il ne s'agissait pas de dire que les faits n'avaient pas existé ou qu'il fallait lui pardonner mais que l'acte était juste. Les jurés n'ont pas délivré un aveugle permis de tuer mais affirmé leur refus de condamner l'euthanasie", a-t-elle ajouté.

La Fnath (accidentés du travail et handicapés) a estimé jeudi que l'affaire Lydie Debaine illustrait "la souffrance des aidants familiaux" et le manque de places en établissements. "Il faut réfléchir de manière plus large à la fois sur le statut de ces aidants familiaux, et sur le manque de places dans les établissements pour accueillir : il y un vrai manque de moyens financiers", a déclaré le président de la Fnath, Arnaud de Broca. Il a rappelé que les handicapés, comme les autres, vivaient désormais plus longtemps et que les aidants familiaux qui s'occupaient d'eux étaient parfois âgés, ce qui rendait la charge d'autant plus lourde à porter.

Le 9 avril 2008, la cour d'Assises du Val d'Oise a acquitté Lydie Debaine, 62 ans, accusée d'avoir avec préméditation donné la mort à sa fille gravement handicapée, qui n'avait plus la capacité de s'exprimer depuis longtemps. Le ministère public avait requis trois ans de prison avec sursis, "une condamnation de principe" alors que la sanction encourue était la réclusion criminelle à perpétuité. Le parquet de Pontoise avait dans un premier temps annoncé qu'il ne souhaitait pas faire appel de cet verdict alors qu'en droit français cette décision revient au parquet général.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jugée pour avoir tué sa fille handicapée   Aujourd'hui à 18:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Jugée pour avoir tué sa fille handicapée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quel ampli pour avoir ce son ?
» a quelle heure arriver pour avoir une bonne place ??
» Comment faire pour avoir son site en mode Responsive,
» La recette pour avoir un son "électrique" à la Weiss
» Pour avoir des nouvelles de sa santé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre nous :: Discussion générale :: Actualités Divers-
Sauter vers: