ici on discute de tout et de rien
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 faits divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Dim 27 Avr - 13:10

Route - Accident de bus sur l'A7 : 11 blessés

L'accident s'est produit dimanche vers 2 heures du matin. Circulant sur l'A7 à hauteur de Pierre Bénite, au sud de Lyon, un bus a percuté pour une raison encore indéterminée un poteau de béton. Bilan : onze blessés dont trois grièvement.

Le car transportait 16 adolescents âgés de 12 à 18 ans et deux accompagnateurs "de retour de vacances". Le chauffeur du bus et deux adolescents ont été grièvement blessés. La nature de leurs blessures n'a pas été communiquée. Ils ont été transportés avec les huit autres blessés légers sur les hôpitaux. L'intervention des pompiers a duré près de cinq heures, selon la même source.

L'accident a entraîné la coupure immédiate de l'A7 dans les deux sens et des déviations locales ont été mises en place, a indiqué le Centre régional d'information et de coordination routières de Rhône-Alpes et Auvergne (CRICR).

Route - Il prend l'A61 à contresens : deux morts

Deux personnes ont été tuées et huit autres blessées dimanche matin sur l'Autoroute A61 reliant Toulouse à Narbonne près d'Avignonet-Lauragais, en Haute-Garonne, dans un accident provoqué par un automobiliste ayant pris l'autoroute à contresens, a annoncé la gendarmerie.

Plusieurs véhicules, dont un bus, sont entrés en collision lors de deux accidents successifs survenus vers 08h50 dans le sens Toulouse/Narbonne entre les échangeurs de Villefranche-de-Lauragais et de Castelnaudary, à une quarantaine de km au sud de Toulouse, a-t-on précisé de même source. Parmi les blessés, figurent deux passagers de l'autobus, qui ont été commotionnés, a encore indiqué la gendarmerie.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Lun 28 Avr - 18:53

Deux fillettes meurent en jouant avec un poney

Elles s'amusaient seules dans un champ. Deux petites filles de trois et quatre ans sont mortes après avoir été traînées au sol par un poney auquel elles s'étaient attachées avec une corde sur la commune rurale de Frossay (Loire-Atlantique). Les fillettes, laissées sans surveillance, s'amusaient samedi après-midi sur un champ où se trouvait un poney habitué à la présence d'enfants, selon les premiers éléments de l'enquête.

Après avoir trouvé une corde, elles ont eu l'idée de l'attacher au harnais de l'animal, puis de s'y attacher elles-mêmes. "Pour une raison indéterminée", le poney s'est emballé et a traîné les deux fillettes sur un terrain très accidenté, a indiqué la gendarmerie.

Un voisin, découvrant la scène, est intervenu en coupant la corde pour libérer les deux victimes. L'une d'elles, en arrêt cardio-ventilatoire, n'a pu être ranimée par les secours et est décédée sur place. Sa mère était occupée dans la maison voisine du pré à garder un bébé dont les parents étaient partis à un enterrement.

Ces derniers lui avaient aussi confié leurs deux autres enfants, dont la deuxième fillette traînée par le poney qui est décédée de ses blessures dans la nuit de samedi à dimanche au centre hospitalier de Nantes. Les familles choquées ont reçu un soutien psychologique alors que l'enquête de gendarmerie doit éclairer les circonstances du drame.

Ivre avec 22 adolescents à bord

Le pire a sans doute été évité grâce au coup de fil passé par un adolescent du bus. Samedi après-midi, les gendarmes de Charente-Maritime sont contactés par un jeune homme en panique : il explique en synthèse que le bus dans lequel il se trouve avec 26 autres personnes, vient d'accrocher un pan de mur et que le chauffeur poursuit sa route.

Quelques minutes plus tard, à Andilly, une patrouille fait stopper l'engin qui relie La Rochelle et Marans. Le conducteur est contrôlé. Verdict : 1,71 mg d'alcool par litre d'air expiré, soit 3,42 gramme par litre de sang. La limite autorisée est de 0,20 g/l pour les transports en commun.

Le chauffeur ivre, âgé de 51 ans, a été placé en garde à vue à la gendarmerie avant d'être remis en liberté samedi soir sur instruction du parquet, a précisé le quotidien Sud Ouest qui a révélé l'affaire. Il est convoqué le 7 août devant le tribunal correctionnel de La Rochelle.

Le rapt d'une fillette de 6 ans déjoué

Les faits se sont déroulés dimanche, près de la plage La Palmyre, en Charente-Maritime. La fillette, accompagnée de sa soeur de 10 ans et d'un garçon de 13 ans, marchait devant ses parents et un autre couple, hors de leur vue, vers 15h15. Un individu s'est arrêté près d'eux, est descendu de son véhicule, porteur d'un masque de protection, et a menacé les enfants d'un pistolet de paintball, selon le chef d'escadron de la gendarmerie Vincent Bereziat. Après avoir ordonné au garçon de se coucher au sol, il s'est saisi de la fillette et l'a embarquée dans sa voiture. Les deux autres enfants ont couru prévenir les parents et ont pu donner la description de la voiture, un véhicule de couleur blanche de type Clio ou 205. Le plan Epervier a été déclenché.

Les militaires de la communauté de brigade de La Tremblade renforcés par des unités limitrophes et du peloton de surveillance et d'intervention de Rochefort ont quadrillé le secteur. Un véhicule correspondant au signalement a été repéré peu après les faits sur la route côtière. Se sentant traqué, le conducteur a abandonné sa victime sur le bord de la route à hauteur d'un parking, selon la gendarmerie. Pris en chasse, il a été rattrapé quelques kilomètres plus loin et interpellé à 15h55 à une intersection, a-t-on indiqué de même source.

La fillette, choquée, a été remise à ses parents, saine et sauve. L'homme, âgé d'une vingtaine d'années, était installé à La Palmyre depuis trois mois. Il circulait à bord d'une 205 blanche immatriculée dans la Sarthe et affichant à l'arrière le macaron "A" signalant un jeune conducteur. L'enquête a été confiée à la brigade de recherche de Rochefort et les investigations se poursuivent "en flagrance pour des faits d'enlèvement de mineur". L'homme était toujours en garde à vue lundi matin.

Un conflit familial vire au drame : trois morts

Selon les premiers éléments de l'enquête, les faits se sont déroulés lundi, vers 15 heures. Un septuagénaire a tué par arme à feu deux membres de sa famille à Brétignolles-sur-Mer, en Vendée. Il s'est ensuite donné la mort.

Les deux personnes décédées sont la soeur et la belle-soeur de l'auteur supposé des coups de feu. Une personne a également été grièvement blessée, son ex-femme. "Un drame de la séparation entre personnes d'un certain âge" serait à l'origine des tirs, a indiqué le procureur de la République des Sables d'Olonne, Jean-Luc Beck.

Les faits se sont déroulés au domicile du couple que la femme avait quitté il y a quelques semaines au moment de leur séparation, selon les premiers éléments de l'enquête. Les victimes, ainsi que l'auteur présumé des tirs, sont nés entre 1930 et 1935, a précisé le procureur, en indiquant que plusieurs armes avaient été découvertes sur les lieux du drame.

A 200 km/h sur l'A10 en regardant une vidéo

Il avait placé un petit lecteur vidéo portatif sur le tableau de bord de la voiture. Il n'a pas eu le temps de le retirer quand les gendarmes l'ont arrêté. Un conducteur de 21 ans a été contrôlé dimanche soir à 200 km/h alors qu'il regardait une vidéo au volant sur l'A10 près de Tours.

Le conducteur, un peintre en bâtiment originaire de la région parisienne, sera convoqué devant la justice. Son permis lui a été immédiatement retiré et sa voiture, un cabriolet rapide, a été placée en fourrière jusqu'à la comparution au tribunal.

"Le lecteur était allumé quand nous l'avons arrêté et le conducteur a reconnu regarder un film vidéo en conduisant", a indiqué le lieutenant Jacques Bonnet, officier adjoint de l'escadron départemental de sécurité routière, interrogé par l'AFP.

Titulaire du permis de conduire depuis moins de trois ans, le conducteur n'était pas autorisé à dépasser 110 km/h sur autoroute. Selon le lieutenant Bonnet, les interpellations de conducteurs d'automobiles regardant une vidéo sont rares. "C'est la première fois que ce genre d'événement se produit en Indre-et-Loire sur une voiture particulière. Avec les routiers, en revanche, cela arrive de temps en temps. Ils regardent une vidéo, jouent à des jeux vidéo, font même leur cuisine en roulant. Le problème, c'est qu'ils sont très haut dans leur cabine et nous avons plus de difficultés pour les prendre", a-t-il indiqué.

Le fait de regarder une vidéo en conduisant est sanctionné par une contravention de deuxième catégorie, soit une amende de 35 euros. Elle n'enlève pas de points au permis de conduire, a-t-on précisé de même source.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Lun 28 Avr - 18:54

Citation :
Le fait de regarder une vidéo en conduisant est sanctionné par une contravention de deuxième catégorie, soit une amende de 35 euros. Elle n'enlève pas de points au permis de conduire, a-t-on précisé de même source.

et pourtant c'est aussi dangereux voire même plus dangereux que de téléphoner en conduisant

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Mar 29 Avr - 22:02

Charente - Dynamite et arme de poings pour l'amant de sa femme

L'histoire se termine bien, mais aurait pu virer au bain de sang. Un mari trompé, qui avait donné rendez-vous à l'amant de sa femme, a été interpellé lundi à Balzac, en Charente, avec en sa possession 30 kilos de dynamite, 30 litres d'essence, des détonateurs, des cordons détonants et une arme de poing de gros calibre.

La saisie de l'arsenal d'origine indéterminée a eu lieu sur le lieu du rendez-vous, une aire de repos au nord d'Angoulême, après que l'homme de 59 ans eut été interpellé sans opposer de résistance. C'est le rival, "paniqué", qui a alerté les autorités, a précisé lundi soir la gendarmerie.

La gendarmerie avance deux hypothèses : soit le mari attendait l'amant pour le faire sauter avec lui, soit le mari voulait se suicider devant l'amant. L'enquête devra déterminer les circonstances exactes de l'affaire. Lors de leur intervention, les gendarmes ont mis en place un périmètre de sécurité, dévié la route départementale 737 pendant près de quatre heures et fait appel au service de déminage de La Rochelle pour prévenir tout risque d'explosion.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Mer 30 Avr - 19:11

Un motard écroué après avoir renversé une fillette

Un motard âgé de 25 ans a été mis en examen mardi à Créteil et écroué après avoir renversé samedi au Kremlin-Bicêtre, dans le Val-de-Marne, une fillette de 9 ans décédée sur le coup. Le jeune homme est poursuivi pour "homicide involontaire, aggravé par la violation par manquement délibéré à l'obligation de prudence", car il aurait grillé un feu rouge et dépassait vraisemblablement la vitesse autorisée de 50 km/h. Il est aussi poursuivi pour défaut d'assurance. Placé en détention provisoire, il encourt jusqu'à sept ans de prison.

Un ami du jeune homme, propriétaire de la moto, a également été mis en examen puis laissé libre sous contrôle judiciaire mardi pour "recel de vol" et "soustraction d'objet concernant un crime ou un délit pouvant faire obstacle à la manifestation de la vérité" après qu'il eut tenté de dissimuler l'engin, dont certaines pièces pourraient être volées.

L'accident s'est produit samedi en fin d'après-midi. La fillette traversait une rue au Kremlin-Bicêtre près d'un passage piéton quand elle a été violemment heurtée par une moto, qui a continué sa route sur plusieurs mètres tandis que son conducteur est tombé, a indiqué une source policière confirmant une information du Parisien. Prise en charge par les sapeurs-pompiers, la victime est décédée sur place. Blessé aux bras et souffrant au niveau de la hanche, le motard a quant à lui refusé les soins avant d'être placé en garde à vue. Le test d'alcoolémie pratiqué sur le conducteur s'est révélé négatif, selon la police.

Une voiture percute un bus scolaire : quatre blessés

L'accident s'est produit ce matin, sur une route de Cornebarrieu, près de Toulouse. Selon la gendarmerie, le conducteur d'une voiture aurait glissé sur la chaussée avant de venir s'encastrer dans le bus, faisant trois blessés légers parmi les collégiens. Lui-même a été grièvement blessé.

Le bus scolaire du conseil général conduisait les jeunes dans un collège de Blagnac, situé dans l'agglomération toulousaine. Les quatre blessés, dont l'identité n'a pas été précisée, ont été transportés à l'hôpital Purpan à Toulouse, selon les pompiers.

18 employés d'une criée d'Erquy intoxiqués

Dix huit employés de la criée du port d'Erquy, dans les Côtes-d'Armor, ont été hospitalisés mercredi matin, dont quatre dans un état grave, pour une intoxication au monoxyde de carbone. Dans un premier temps, les pompiers avaient annoncé 22 victimes dont quatre "urgences absolues".

L'intoxication, qui s'est déroulée à l'aube dans la criée, un lieu fermé, est liée à une fuite de monoxyde de carbone par un chariot élévateur qui utilise ce gaz pour sa propulsion, a précisé la préfecture. Erquy est l'un des principaux ports de pêche des Côtes d'Armor, spécialisé notamment dans la coquille Saint-Jacques.

Le monoxyde de carbone, un gaz asphyxiant, invisible et inodore, est à l'origine chaque année en France de 6.000 intoxications et 300 morts, selon le ministère de la Santé. En cas d'intoxication aiguë, la prise en charge doit être rapide et les personnes intoxiquées doivent parfois être placées dans un caisson hyperbare pour un traitement d'oxygénation. Les symptômes -maux de tête, nausées, confusion mentale, fatigue- peuvent ne pas se manifester immédiatement.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Ven 2 Mai - 19:48

Une vendeuse de muguet braquée au fusil à canon scié

Vendre du muguet le 1er mai ne semble pas, a priori, une activité des plus dangereuses. Et elle ne semble pas non plus exposer particulièrement ceux qui s'y livrent aux attaques de bandits. Pourtant, une vendeuse de muguet a bel et bien été braquée jeudi après-midi à Marseille. Ses agresseurs, deux personnes à moto selon elle, étaient armés.

La victime, âgée de 25 ans, avait vendu des brins de muguet sur un trottoir de la rue Paul Claudel, dans le 10e arrondissement, avant d'être attaquée et menacée par le passager du deux roues qui était armé d'un fusil à canon scié.

Elle leur a remis sa recette de la journée, soit plusieurs centaines d'euros, avant de porter plainte.

Un piéton décède après avoir été fauché par un chauffard

Un piéton originaire de Marseille est mort après avoir été grièvement blessé par un chauffard qui a pris la fuite, jeudi après-midi dans le centre de Narbonne. La victime, un homme âgé de 52 ans, traversait un boulevard en compagnie de membres de sa famille, en visite à Narbonne, lorsqu'il a été fauché par un chauffard et projeté à plusieurs dizaines de mètres.

Inconsciente, souffrant d'un traumatisme crânien et de multiples fractures, il avait été hospitalisée dans un état grave au centre hospitalier de Narbonne. Selon plusieurs témoignages, le chauffard, qui ne s'est pas arrêté, roulait à très vive allure dans le centre ville.

Un promeneur découvre 18 kg de cocaïne sur la plage

Des paquets contenant au total 18 kilos de cocaïne, soit un montant estimé à la revente à plus d'un million d'euros, ont été découverts jeudi soir par un promeneur, échoués sur une plage de La Rochelle. La drogue a été placée sous scellée et la brigade de recherches de la gendarmerie de Rennes a été saisie de l'enquête.

L'an dernier, plusieurs ballots de cocaïne avaient déjà été retrouvés sur des plages de la côte atlantique, notamment à Royan et sur l'île de Ré. Selon la police, certains passeurs jettent à la mer leur cargaison lorsqu'ils craignent un contrôle des douanes à bord de leur bateau.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Sam 3 Mai - 17:38

Alpes-Maritimes - Un adolescent reçoit un coup de canif dans un collège

Un collégien de 16 ans a été hospitalisé vendredi après avoir reçu un coup de canif au cou lors d'une bagarre avec un camarade de 14 ans, au collège Albert Camus de Mandelieu, dans les Alpes-Maritimes. Son agresseur a lui été placé en garde à vue.

A 10h30, à la fin de la récréation, William, 14 ans, se trouvait près du garage à vélo du collège lorsque Geoffrey, 16 ans, lui a demandé de cesser de tourner autour de son vélo. Le ton est monté. Geoffrey a giflé William qui a riposté par un coup de canif.

Atteint au cou et souffrant d'une importante hémorragie, Geoffrey a été hospitalisé à Cannes où il a subi trois points de suture. Les médecins lui ont prescrit quatre jours d'incapacité totale de travailler.

Paris - Une utilisatrice de Vélib' tuée dans un accident

Une femme, qui circulait à Vélib', a été tuée vendredi en fin d'après-midi à Paris dans un accident de la circulation impliquant un bus. L'accident, dont les circonstances n'ont pas été précisées, s'est produit vers 17h40 rue La Fayette, dans le Xe arrondissement.

Il s'agit du second accident mortel d'un utilisateur de Vélib' à Paris depuis le lancement de ce dispositif le 15 juillet 2007. Le 18 octobre, une femme d'une soixantaine d'années avait été renversée par un camion à l'angle du boulevard Morland et du boulevard de la Bastille, dans le XIIe arrondissement, et était décédée plus tard, des suites de ses blessures.

Seine-Saint-Denis - Un homme égorge sa femme et ses deux enfants

Les circonstances précises du drame et les raisons du geste restent à déterminer. Un homme de 40 ans a tué sa femme de 35 ans et ses deux enfants, un garçon de 4 ans et une fille de 6 ans, en les égorgeant, dans la nuit de vendredi à samedi à Epinay-sur-Seine, avant de se rendre à la police, selon une source judiciaire.

Le triple meurtre, perpétré vers 23 heures 30, a eu pour cadre l'appartement du couple qui vivait en concubinage, dans de la cité d'Orgemont, à Epinay. Celui-ci s'est rendu à la police dans un commissariat des Yvelines. L'homme a ensuite été place en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis où il était entendu samedi matin.

SNCF - Quatre heures de retard sur un TGV Bordeaux-Paris

Un TGV qui reliait Bordeaux à Paris vendredi en fin de journée a accusé à l'arrivée un retard de quatre heures à la suite de l'arrachement de caténaire dans la région de Tours, a indiqué samedi une porte-parole de la SNCF. L'incident a nécessité de "tracter le TGV avec un train diesel jusqu'à la gare de Saint-Pierre-des-Corps, où les passagers ont été transbordés dans un nouveau TGV", a expliqué samedi une porte-parole de la SNC. Au final, les passagers sont arrivés à Paris à 22 heures 30, avec "quatre heures de retard", a-t-elle poursuivi, confirmant des informations de France Info.

La SNCF a connu en quelques jours plusieurs incidents majeurs sur ses trains à grande vitesse: un Eurostar a mis 12 heures pour relier Londres et Paris, un TGV reliant Saint-Malo à Paris a subi un retard trois heures et demie, et un Strasbourg-Paris a été retardé de plus de trois heures.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Dim 4 Mai - 13:00

Le braquage d'une supérette tourne mal

Un policier a été blessé par balles samedi à Nice lors de l'interpellation de deux malfaiteurs qui venaient de braquer une supérette, mais ses jours ne sont pas en danger. Une vieille dame de 93 ans, qui se trouvait à son balcon, a en outre été légèrement blessée au mollet par une balle perdue et deux autres policiers ont été contusionnés.

Le scénario se précise petit à petit : en fin de matinée, deux hommes casqués sont descendus de leur moto et ont braqué une supérette "Cash alimentaire" dans le centre de Nice. Ils ont été mis en fuite par le gérant du commerce qui a donné l'alerte, selon une source judiciaire. Les deux malfaiteurs ont alors enfourché leur moto, démarré, mais au bout de quelques instants, ont fait une chute. Ils ont dû poursuivre à pied. Plusieurs véhicules de police ont alors convergé vers eux. Un échange de coups de feu s'en est suivi. Le policier a été atteint par deux balles, l'une au bras, l'autre au niveau du coeur, qui a été déviée grâce au gilet pare-balles. Les chirurgiens devaient l'opérer dans l'après-midi pour extraire la balle qui s'est logée dans son flanc.

Les deux malfaiteurs, dont l'un était connu des services de police, ont été placés en garde à vue. La même supérette avait déjà été l'objet d'un braquage la veille. On ignore si les deux individus arrêtés sont les mêmes que ceux qui avaient commis l'attaque de la veille. Le maire de Nice Christian Estrosi et le préfet des Alpes-Maritimes Dominique Vian devaient se rendre au chevet du policier blessé à l'hôpital Saint Roch.

Lons-le-Saunier - Tué au couteau en tentant de s'interposer dans une rixe

Il n'avait a priori rien à voir avec cette rixe... Un homme de 32 ans a été victime d'un meurtre vendredi en fin de soirée lors de la "Fête du Muguet de Lons-le-Saunier", selon une source judiciaire. Le drame s'est passé vendredi vers 23h, alors que la fête foraine, qui rassemble chaque soir quelques centaines de personnes, battait son plein. Une rixe a éclaté au pied du manège des auto-tamponneuses. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime, qui n'aurait pas été impliquée dans la rixe, aurait tenté de s'interposer entre les parties rivales avant de s'écrouler à terre, mortellement blessée.

Secouru, le jeune homme a juste eu le temps de déclarer "je me suis pris un coup de couteau", avant de succomber à ses blessures au cours de son transport à l'hôpital où les médecins ont tenté en vain de le ranimer. Selon le maire de Montmorot, commune de la périphérie nord de Lons-le-Saunier sur laquelle est situé le parc des expositions où se tient la fête foraine, la victime "s'est pris un coup de couteau dans le dos". "La lame a dû toucher un organe vital ou une artère car le pauvre s'est vidé de son sang. Pour ma part je n'étais pas sur place, je n'ai appris ce drame que ce matin, par les policiers", a-t-il ajouté. L'enquête a été confiée aux services de la police judiciaire de Besançon. Deux individus étaient samedi en fin d'après-midi en garde à vue dans les locaux du commissariat de Lons-le-Saunier et un troisième était recherché.

Un jeune homme également tué par arme blanche à Figeac
Un homme de 23 ans a été tué par arme blanche dans la nuit de vendredi à samedi à Figeac, dans le Lot, lors d'une altercation entre deux groupes de jeunes, selon la gendarmerie. Touché au niveau de l'abdomen, le jeune homme, originaire d'Aubin (Aveyron), s'est écroulé sur une place de la ville, où un serveur a tenté de le secourir. Il est décédé 30 minutes plus tard. La gendarmerie a lancé un appel à témoins pour tenter de retrouver l'auteur du coup mortel, qui s'est enfui. L'altercation entre les deux groupes, respectivement de quatre et deux personnes, a eu lieu vers 3h samedi, en marge des fêtes de Figeac se déroulant ce week-end.

Indre - Deux ULM se percutent en vol : deux morts

Deux hommes sont décédés samedi soir dans l'accident de leurs ULM après s'être heurtés en vol, à l'aérodrome de Chateauroux-Villers, dans l'Indre, a indiqué la préfecture.

Les deux pilotes, âgés de 52 et 57 ans, venaient de décoller ensemble quand leurs ULM se sont accrochés et se sont écrasés dans l'enceinte de l'aérodrome, selon la même source. Ils sont décédés sur le coup.

Essonne - Ils auraient tiré accidentellement sur un promeneur

Quatre mineurs ont été placés en garde à vue samedi, soupçonnés d'avoir mortellement blessé "par accident" un promeneur dans un petit bois de l'Essonne jeudi, selon la gendarmerie. Selon les premiers éléments de l'enquête confiée à la section de recherche (SR) de Paris, les jeunes gens, âgés de 15 à 17 ans, s'amusaient apparemment à tirer sur des moineaux avec une carabine de calibre 22 long rifle. Une balle a atteint par inadvertance, toujours selon les premiers éléments de l'enquête, un homme qui se promenait avec son épouse dans un bois situé près de Moigny-sur-Ecole et s'est écroulé net touché au niveau du cou.

L'enquête, selon la source, s'est révélée difficile car il n'y avait "aucun témoin ni aucun mobile". Les gendarmes ont donc effectué des expertises balistiques sur le lieu où le promeneur avait été touché, afin notamment de déterminer un angle de tir. Ils ont alors centré leurs recherches sur un appartement de ce village tranquille. Ils ont interpellé samedi les quatre suspects qui, selon leur premières déclarations, s'amusaient et ne se sont pas rendus compte d'avoir atteint la victime.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Lun 5 Mai - 20:02

Val-d'Oise - Un nouveau radar détruit à l'explosif

Un radar a été détruit à l'explosif à l'entrée de la commune de Saint Gervais, dans le Val-d'Oise, dans la nuit de vendredi à samedi, selon des sources concordantes. Situé sur la route nationale 14, le radar a été détruit vers 1 heures du matin, selon les gendarmes confirmant une information du Parisien. L'enquête a été confiée au pôle antiterroriste de Paris, selon parquet de Pontoise.

C'est le douzième radar détruit en région parisienne (Oise, Val-d'Oise et Yvelines), selon le quotidien. Dix de ces destructions ont été revendiquées par une mystérieuse "Fraction nationaliste armé révolutionnaire" (FNAR). La Fnar a revendiqué certains de ces actes dans deux courriers adressés en septembre et octobre au ministère de l'Intérieur dans lesquels ce groupe réclamait à l'Etat une rançon de quatre millions d'euros. Elle exigeait également un abaissement de la fiscalité et moins de répression.

Selon une source place Beauvau, entre le nom que se donne l'organisation et ses revendications, "on trouve une sorte de mélange faisant penser à la fois à l'extrême droite et à l'extrême gauche". Quoiqu'il en soit, face à "des gens qui manient des explosifs, on ne peut qu'être vigilants et prendre cette affaire au sérieux", a ajouté la même source.

Lons-le-Saunier - Meurtre à la fête foraine: un jeune homme mis en examen

Un jeune homme de 20 ans a été mis en examen dimanche dans le cadre de l'enquête sur le meurtre à l'arme blanche d'un homme de 32 ans samedi soir à la fête foraine de Lons-le-Saunier, selon le parquet de Besançon. Le jeune homme, originaire de Lons-le-Saunier, a été mis en examen pour tentative d'homicide et homicide volontaire.

Le substitut du procureur a affirmé qu'en réalité deux altercations se sont produites entre 22h30 et minuit lors de la la fête foraine de Lons-le-Saunier, appelée "Fête du muguet", qui rassemble chaque soir quelques centaines de personnes. "Sur fond de différend concernant une dette de petit trafic de cannabis", selon le substitut, une première rixe aurait ainsi éclaté avec un premier jeune, blessé au couteau à quelques centimètres de la carothide. Peu après, une deuxième bagarre aurait éclaté au manège des auto-tamponneuses avec la victime, un ami du premier blessé, a expliqué le magistrat. Avant de mourir, le jeune homme mortellement blessé aurait dit au patron du manège qui avait tenté de s'interposer "avoir reçu un coup de couteau".

Placé en garde à vue, l'auteur présumé reconnaît avoir été impliqué dans la première bagarre et avoir porté un premier coup de couteau, mais a nié en revanche toute implication dans le meurtre. Le parquet de Besançon qui est à la recherche d'une possible deuxième personne a également ouvert une information judiciaire contre X. Un mandat de dépôt a été requis à l'encontre du jeune homme qui devait être présenté dimanche soir devant le juge des libertés et de la détention.

Aude - Couple de retraités enlevés: le corps du mari retrouvé

Après deux jours de recherches, le corps de Jean-Claude Saint-Aubert, un retraité enlevé avec sa femme début avril dans leur maison d'Argeliers (Aude), a été retrouvé lundi à Cruzy (Hérault), à l'endroit désigné par deux ouvriers mis en examen pour séquestration et assassinat. "Le corps de la victime commence à être partiellement découvert, chaque centimètre carré est passé au tamis pour éventuellement trouver des indices", a indiqué la gendarmerie, précisant que le corps avait été enterré "à deux ou trois mètres de profondeur".

Les gendarmes avaient repris lundi matin leurs recherches à Cruzy pour trouver le corps de Jean-Claude Saint-Aubert, ingénieur à la retraite de 62 ans. Ils travaillent à l'aide de petites pelles et de pinceaux, a précisé la gendarmerie. "Les enquêteurs vont très lentement parce qu'ils veulent préserver tous les indices", a indiqué le procureur de la République de Narbonne, Bertrand Baboulenne.

Depuis samedi, la section de recherches de Montpellier fouillait méticuleusement une fosse, qui aurait été creusée par deux ouvriers mis en examen dimanche pour avoir séquestré et tué par balles le couple récemment installé dans l'Aude, afin de voler et d'utiliser leur carte bancaire. Les deux hommes, qui avaient effectué des travaux dans la maison du couple, ont avoué durant leur garde à vue à Narbonne avoir enterré le corps du mari à Cruzy, à quelques kilomètres de la maison et de l'endroit où a été retrouvé le corps de la femme, Jocelyne, 59 ans.

Selon leurs déclarations, ils auraient séquestré les retraités dans la matinée du 4 avril, jour de leur disparition. Les deux trentenaires les auraient conduits dans la soirée sur un terrain situé à environ cinq kilomètres de la maison, où ils auraient creusé une fosse quelques jours plus tôt afin d'y ensevelir leurs victimes. Ils auraient tué de plusieurs balles Jean-Claude Saint-Aubert avant de l'ensevelir dans une fosse. Les deux ouvriers auraient ensuite tué sa femme quelques kilomètres plus loin. Le couple, originaire de Moselle, s'était installé il y a quelques mois à Argeliers, village audois limitrophe de l'Hérault. Sa disparition avait été signalée le 19 avril, selon les enquêteurs.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Mar 6 Mai - 19:04

Violences - Equipée sauvage dans un collège de Pontoise

Les faits se sont déroulés lundi, vers 15 heures au collège Parc aux Charettes de Pontoise, dans le Val-d'Oise. Une vingtaine de personnes ont fait irruption dans l'établissement armées de bombes lacrymogènes.

Elles ont diffusé ce gaz vers plusieurs élèves et personnels de l'établissement, selon le Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours. Six personnes, dont quatre adolescents, incommodées par les gaz lacrymogènes ont été conduites par les pompiers au centre hospitalier de Pontoise.

Le groupe a pris la fuite avant l'arrivée de la police. Une enquête judiciaire a été ouverte et confiée au commissariat de Cergy-Pontoise, a-t-on appris de source policière. Contacté par l'AFP, le collège Parc aux Charettes n'a pas souhaité faire de commentaire.

Var - Incendie d'un magasin But, les riverains évacués

Une centaine de personnes a été évacuée lundi soir à Solliès-Pont, dans le Var à la suite d'un incendie qui n'a pas fait de victime mais qui a entièrement détruit un magasin But proche de leur résidence, a-t-on appris de sources concordantes.

"A titre préventif et en raison des fumées, nous avons fait évacuer une centaine de personnes, les habitants des villas et d'un petit immeuble proche du magasin But qui est totalement embrasé", a déclaré à l'AFP le lieutenant colonel Pierre Schaller, commandant les opérations de secours.

L'incendie, dont l'origine n'est pas connue pour l'instant, a ravagé les 3.300 mètres carrés de la grande surface, ont confirmé les gendarmes. Selon une première estimation, les dégâts se chiffreraient à 1,6 million d'euros.

Les personnes évacuées ont été prises en charge par les sapeurs-pompiers et les médecins du SAMU. Elles sont restées sur place mais à distance de l'incendie. Les autorités locales ont fait ouvrir la salle des fêtes pour les accueillir. Plus de soixante sapeurs-pompiers ont été mobilisés sur ce sinistre.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Ven 9 Mai - 21:54

Arnaque - Un million soutiré par des escrocs à la carte bleue

Une vaste escroquerie internationale à la carte bleue, dont le préjudice est estimé à un million d'euros, a été démantelée par la gendarmerie qui a interpellé au total cinq ressortissants roumains, moldaves et bulgares. Tous ont été écroués.

En novembre 2007, la section de recherche de Bourges avait créé une cellule intitulée "bac-skimming" à la suite d'une recrudescence, dans la région du Cher, de ce type "ingénieux et moderne" d'escroqueries à la carte bancaire qu'est le "skimming". Ce procédé consiste à placer des caméras discrètes sur les distributeurs automatiques de billets afin de recueillir les données confidentielles des cartes des usagers à leur insu. Les cartes étaient ensuite réencodées et utilisées, grâce à ces données, par les escrocs qui effectuaient des retraits d'argent importants.

Selon la DGGN, le réseau a sévi dans le Cher et la Nièvre mais aussi à Turin en Italie et en Grande-Bretagne. Le préjudice de l'escroquerie, estimé pour l'instant à un million d'euros, est qualifié d'"élevé pour ce type d'infraction". Trois des suspects ont été arrêtés mardi à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac et à Fort dans les Deux-Sèvres. Les deux autres avaient été arrêté le 1er mars dernier à Achères, dans les Yvelines, et avaient depuis été écroués.

Paris - Sanglante altercation dans le métro

Les faits se sont déroulés vendredi matin, vers sept heures, dans des circonstances encore floues ; la police recherche d'ailleurs toujours des témoins susceptibles de lui apporter des informations.

Selon les premiers éléments de l'enquête, confiée à la brigade criminelle, une altercation entre usagers a débuté dans une rame de métro. Elle s'est poursuivie sur le quai de la station Jean Jaurès, dans le XIXème arrondissement de la capitale. L'un des deux hommes a apparemment chuté sur les voies dans des conditions qui n'ont pas été totalement éclaircies vendredi soir, "tout comme le motif de l'altercation", selon une source proche de l'enquête.

Le "pronostic vital du blessé est engagé", a précisé la même source ajoutant qu'un homme s'est accusé des faits en se présentant vendredi après-midi au commissariat de police du XIXe. Il a été placé en garde à vue à la brigade criminelle.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Sam 10 Mai - 18:46

Violences - Mort au seuil du commissariat

Selon le journal Nice-Matin, qui a publié l'information samedi, tout a commencé par une rixe. Elle a éclaté vendredi lorsque Abdelakim Ajiimi, 22 ans, s'est vu opposer un refus dans une agence du Crédit agricole de Grasse où il était allé retirer de l'argent.

Interpellé ensuite par la police, il s'est violemment débattu, l'un des quatre policiers procédant à l'interpellation ayant une épaule démise. Le père d'Abdelakim Ajiimi, cité par Nice-Matin, a raconté qu'un témoin, qui aurait filmé la scène, a vu l'homme littéralement étranglé puis jeté dans le coffre de la voiture de police.

De source policière, on a précisé que les fonctionnaires, constatant dans la voiture que le jeune homme était inconscient, ont tenté un massage cardiaque. Les pompiers, prévenus, n'ont pas pu le réanimer.

Le corps d'Abdelakim Ajiimi sera autopsié mardi à Nice et une enquête a été ouverte par l'Inspection générale de la police nationale, la "police des polices", dont des membres sont arrivés à Grasse pour déterminer les causes du décès. Selon les premières constatations du médecin légiste, le corps ne portait aucune trace de coups pouvant expliquer le décès.

Abdelakim Ajiimi faisait l'objet d'une procédure judiciaire pour conduite sous l'emprise de drogue, a-t-on indiqué de source judiciaire. Une autre procédure pour rébellion avait été classée sans suite après son placement dans un hôpital psychiatrique, dont il était sorti en avril.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Dim 11 Mai - 12:21

Accident - Week-end fatal pour cinq jeunes

A chaque fois, le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule. Cinq jeunes se sont tués tôt dimanche sur les routes de l'hexagone lors de deux accidents.

Le premier s'est déroulé sur l'autoroute A1, près d'Arsy, dans l'Oise, dans le sens Lille-Paris. Trois passagers d'un même véhicule, âgés de 19, 20 et 21 ans, ont été tués et un quatrième a été grièvement blessé dimanche. Le conducteur de la voiture, à bord de laquelle se trouvaient cinq jeunes, été légèrement blessé. Aucun autre véhicule n'a été impliqué dans l'accident qui n'a pas provoqué de blocage de l'A1.

Le second accident s'est passé dans le Calvados, à May-Sur-Orne. Deux hommes âgés d'une vingtaine d'année ont été tués après la chute du véhicule à bord duquel ils circulaient dans la rivière l'Orne. Un troisième occupant a réussi à s'extraire de l'habitacle de la voiture.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Lun 12 Mai - 11:44

Accident - Drame en plein rallye

Triste accident en marge d'une course automobile dans l'Aisne. Trois personnes ont été blessées gravement, dont deux garçons de 4 et 6 ans, dimanche par une voiture tout terrain qui a quitté la route lors d'un rallye 4X4 à Celles-sur-Aisne près de Soissons.

Les deux enfants étaient venus avec leur pères respectifs assister à la 33ème édition du rallye Jean de la Fontaine. L'un des parents est blessé gravement, l'autre légèrement.

Selon le sous-préfet de l'Aisne, "c'est un 4X4 qui a quitté la piste et est venu percuter les quatre spectateurs. Pour l'heure, les enquêteurs ne peuvent déterminer "si le public était au bon emplacement".


Les quatre blessés ont été évacués en direction des centres hospitaliers de la région. Pour l'heure, aucun pronostic n'a été donné sur l'évolution de l'état des trois personnes les plus atteintes.

Le rallye Jean de la Fontaine est une course de 4X4 qui compte au nombre des épreuves du championnat de France tout terrain.

Violences - Grasse : un témoin met en cause la police

Un témoin a mis la police en cause dans le décès d'un homme de 22 ans, interpellé vendredi à Grasse, dans les Alpes-Maritimes, après une altercation avec les employés d'une banque où il était venu retirer de l'argent, a indiqué dimanche le journal Nice-Matin. "Il avait la face contre terre, trois policiers sur lui, j'ai entendu le jeune homme dire qu'il ne pouvait plus respirer, il était violet. Un des trois policiers lui a donné des coups de poing", a raconté à Nice-Matin ce témoin, maître chien à Cannes. Ce témoin a déclaré avoir protesté et avoir été conduit au commissariat. "Là, dans une petite pièce, j'ai entendu les policiers s'affoler et une femme dire : ‘il est en train de faire un arrêt cardiaque, appelez les pompiers'", a poursuivi le témoin, qui a été relâché dans la soirée.

Plusieurs centaines de personnes -entre 500 et 600 selon la police, un millier selon les organisateurs- ont défilé silencieusement dimanche à Grasse en hommage au jeune homme. Devant le cortège, une banderole proclamant "bavure policière, assassins". Une jeune femme, témoin de l'interpellation, a indiqué à la presse en marge de la manifestation que le jeune homme avait été maintenu à terre durant une vingtaine de minutes lors de son interpellation par plusieurs policiers, dont l'un lui serrait fortement le cou. "Il ne se défendait pas, il était sur le sol, complètement à l'envers, comme s'il était déjà parti. Quand ils l'ont mis dans le coffre de la voiture, menotté, on aurait dit une guimauve", a-t-elle dit.

La police a démenti que le jeune homme ait été placé dans le coffre de la voiture de police. Le préfet des Alpes-Maritimes a indiqué dans un communiqué que l'homme s'était violemment opposé à son interpellation, durant laquelle deux policiers ont été blessés. L'un a été hospitalisé pour une fracture de la clavicule. Selon ce communiqué, il a été victime d'un malaise et les services de secours ont été aussitôt avisés. "Aucun élément ne permet actuellement de mettre en cause l'action des fonctionnaires" de police, a-t-il ajouté. Une autopsie aura lieu mardi. Des policiers de l'IGPN sont sur place.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Mar 13 Mai - 19:23

Mulhouse - Contrôle judiciaire levé pour le meurtrier présumé

Nicolas Panard est libre et sans entrave. Le tribunal de Montbéliard (Doubs) a levé le contrôle judiciaire du sexagénaire soupçonné du meurtre de cinq homosexuels et son bracelet électronique lui a été retiré le 9 mai en raison de l'absence de tout indice solide, a-t-on appris mardi auprès de son avocate.

"Lors de sa dernière audition le 6 mai devant la juge d'instruction de Montbéliard, Nicolas Panard a répondu point par point aux questions et force est de constater que rien n'a pu être retenu à son encontre", a déclaré Me Nelly Rouzet.

Ancien artiste transformiste, M. Panard, 68 ans, avait été interpellé le 27 novembre chez lui à Mulhouse (Haut-Rhin), dans le cadre d'une information judiciaire portant sur six meurtres commis entre 1983 et 2000 dans l'Est de la France. Le Mulhousien, qui nie les faits qui lui sont reprochés, avait finalement été mis en examen à Montbéliard pour cinq des six meurtres, quatre en Alsace et un en Franche-Comté. A l'issue de sa garde à vue, il avait été remis en liberté et placé sous contrôle judicaire, avec un bracelet électronique.

Son avocate a indiqué qu'elle se préparait maintenant à demander la levée de la mise en examen pour meurtres, étant donné que "six mois d'enquête n'avaient pas permis de trouver le moindre indice contre son client".

Nucléaire - Un outil radioactif dans la nature

Il a la forme d'une perceuse mais ne sert pas à faire des trous. Cet objet au bout carré permet de détecter la présence de plomb dans les bâtiments et son utilisation peut se révéler dangereuse car il contient une source radioactive. Le hic : cet appareil a été dérobé durant le week-end dans une société de Toulouse, une boîte justement spécialisée dans l'expertise pour la découverte de plomb. L'appareil à fluorescence X se trouvait à l'intérieur d'un coffre-fort.

Il est "muni d'une gâchette qui émet un rayonnement radioactif dangereux pour la santé", met en garde la préfecture de la région Midi Pyrénées. Et de préciser : "Toute personne apercevant cet appareil est prié de le signaler sans délai et sans le manipuler" soit à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), à l'Institut de radioprotection et sûreté nucléaire (IRSN), aux pompiers, à la police ou à la gendarmerie.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Mer 14 Mai - 19:42

Quinze ans ferme pour "Susper"

Juan Ibon Fernandez Iradi, dit Susper, a été condamné mercredi à quinze ans de réclusion criminelle et à une interdiction définitive du territoire français par la cour d'assises spéciale de Paris en tant qu'ancien chef de l'appareil militaire de l'ETA.

La cour composée de magistrats professionnels, comme la loi le prévoit en matière terroriste, a prononcé des peines allant de cinq ans d'emprisonnement à douze ans de réclusion, toutes assorties d'interdiction du territoire, à l'encontre de quatre autres accusés, membres de l'organisation indépendantiste basque.

Le parquet avait requis des peines de 20 ans de réclusion contre Susper et de cinq à quinze ans à l'encontre de ses co-accusés. A l'issue du verdict, après quatre heures de délibération, les accusés ont levé le poing et entonné le chant historique des combattants basques, "Euskal Gudarriak", repris par leurs proches dans le public.

Fusillade en plein centre de Clichy

Une fusillade a éclaté mardi après-midi, sans faire de blessés, entre la police et quatre braqueurs qui venaient de s'attaquer à une bijouterie, en plein centre de Clichy (Hauts-de-Seine).

Les braqueurs ont été surpris et pris en chasse par des policiers. Selon nos informations, les malfaiteurs se sont engagés avec leur véhicule dans une rue en sens interdit, au bout de laquelle une voiture de police s'était positionnée pour les arrêter. Un échange de coups de feu a eu lieu. Les braqueurs ont fait usage de leur arme et ont forcé le passage percutant trois voitures, dont un véhicule banalisé de la police. Les braqueurs ont ensuite pris la fuite à pied, abandonnant sur la voie publique leur voiture, leur butin, leurs cagoules ainsi qu'un fusil à pompe.

Ils étaient toujours en fuite peu après 19 heures. Le service départemental de la police judiciaire des Hauts-de-Seine a été chargé de l'enquête.

La coupe était pleine de drogue

C'est la plus grosse prise effectuée par les douanes de France depuis quatre ans. 7,7 tonnes de résine de cannabis ont été saisies début mai aux environs de Montpellier. La valeur de cette marchandise est estimée à environ 15,5 millions d'euros. A titre de comparaison, au cours de l'année 2007, les douanes françaises ont saisi 34,7 tonnes de résine de cannabis.

Le 6 mai, à la barrière de péage de Saint-Jean-de-Védas, dans l'Hérault, les motards des douanes ont arrêté un camion immatriculé en Allemagne, en provenance d'Espagne et en direction de son pays d'origine. Le poids-lourd transportait des objets de décoration de jardin comme des vasques ou des vases derrière lesquels se trouvait une centaine de cartons contenant des poches plastique thermosoudées et remplies de drogue.

Deux hommes de nationalité allemande, le chauffeur du camion et un passager, respectivement âgés de 38 et 58 ans, ont été mis en examen et écroués à Marseille dans le cadre d'une enquête prise en charge par la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS), ont précisé les douanes.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Jeu 15 Mai - 13:12

Un tué et 4 blessés par l'explosion d'un obus

Une personne a été tuée et quatre autres ont été blessées, dont une grièvement, mercredi à Vierzon (Cher), lors de l'explosion d'un obus survenue dans une entreprise de recyclage, selon les pompiers. Un ouvrier âgé de 28 ans était occupé avec un obus à recycler, datant probablement de la Première guerre mondiale, quand l'explosion a eu lieu. Il a été tué sur le coup. Quatre autres ouvriers qui se trouvaient à proximité ont été blessés, dont un grièvement qui a été transporté à l'hôpital.

Une enquête a été ouverte pour tenter de déterminer les circonstances exactes de l'accident. L'usine a été évacuée et un périmètre de sécurité établi en attendant l'arrivée de démineurs qui vont s'occuper des autres obus stockés dans l'entreprise.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Sam 17 Mai - 12:14

Grosse pagaille après un incendie dans un train

Environ 300 passagers d'un train ICE de la Deutsche Bahn en provenance de Sarrebruck en Allemagne à destination de Paris ont dû être évacués vendredi vers 16h30 à hauteur d'Annet-sur-Marne, en Seine-et-Marne. En cause ? Un début d'incendie dans un wagon, qui a été rapidement maîtrisé par les pompiers. Il n'y a pas eu de victimes, selon les pompiers de Seine-et-Marne.

Les passagers ont ensuite regagné Paris dans un autre train. Mais les voies ont été "neutralisées" et le trafic interrompu dans les deux sens, selon la gendarmerie. Au total, douze TGV ont connu des retards allant d'une heure à deux heures quinze.

Haute-Marne - Saint-Dizier : le drame et les questions

Le corps de Kochan Huzeyfe, l'enfant de 9 ans porté disparu depuis jeudi soir à Saint-Dizier, en Haute-Marne, a été retrouvé vendredi soir dans un canal, où il est vraisemblablement tombé accidentellement. "Le corps gît à côté du vélo, dans la position du cycliste qui a chuté. Il n'a pas encore été extrait de l'eau, mais un membre de la famille a reconnu le vélo, les vêtements que portait l'enfant ainsi que sa silhouette générale", a déclaré le procureur de Chaumont, Jean-Claude Dumarets.

L'hypothèse d'un accident, envisagée initialement, semble donc à ce jour la plus probable : "Comme tous les garçons de son âge, il jouait sur le canal. Il a heurté un obstacle et il est tombé. Et vu la température de l'eau, il a dû décéder très rapidement", a précisé le procureur. Le corps de l'enfant, découvert vers 21h30, sera transporté ultérieurement à l'Institut médico-légal de Chaumont. "Une autopsie ne me paraît pas indispensable", a estimé le procureur de Chaumont.

Kochan Huzeyfe, 9 ans, avait été aperçu pour la dernière fois jeudi à 19h45 par sa soeur qui "lui avait demandé de rentrer chez lui", selon Jean-Claude Dumarets. Issu de la communauté turque de la ville, son père officiant comme imam à la mosquée de Saint-Dizier, il avait quitté son domicile à bicyclette jeudi vers 19 heures. Ses parents avaient signalé sa disparition vers 23 heures. L'hypothèse d'un enlèvement avait rapidement été écartée, en l'absence d'un témoignage abondant en ce sens. Plus de 100 pompiers, gendarmes ou policiers, aidés de chiens et d'un hélicoptère, avaient participé à sa recherche, aidés par des membres de la communauté turque de Saint-Dizier.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Lun 19 Mai - 19:28

Copies volées, BTS à repasser

Panique à Joué-lès-Tours, dans l'académie Orléans-Tours, où 173 copies du BTS Banque et Gestion ont été volées. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le bureau du proviseur du lycée Jean Monnet, où se déroulent les épreuves, a en effet été cambriolé. Les malfaiteurs ont emporté 173 copies provenant de deux épreuves de l'examen. "Le vol concerne 110 copies d'une première épreuve du BTS et 63 copies d'une autre épreuve", a précisé le directeur de cabinet du recteur.

Conséquence, les élèves concernés devront repasser la ou les épreuves concernées. Rendez-vous leur est donné le 2 juin prochain. En attendant, la gendarmerie a ouvert une enquête.

Une fillette tuée par un automobiliste qui prend la fuite

Le corps d'une fillette de sept ans, percutée par un automobiliste qui a pris la fuite, a été découvert par son père, dimanche après-midi sur une route de Saint-Etienne-du-Bois, dans l'Ain, près de la maison familiale. Le "choc a été relativement violent" mais on ignore encore les circonstances exactes de l'accident survenu peu avant 14h30 sur la commune de Courmangoux, à une dizaine de kilomètres de Bourg-en-Bresse, ont indiqué les gendarmes.

Un véhicule gris, aperçu par un témoin de l'accident, est activement recherché et un hélicoptère de la gendarmerie de Lyon patrouille la zone.

Meurtre d'une pharmacienne : une 3e mise en examen

Le 11 mars au soir, Bernadette Bissonnet, 57 ans, était découverte par son époux à son domicile, gisant dans une mare de sang. Tuée par arme à feu. Depuis, deux hommes sont sous les verrous : le mari de la victime, souçonné d'avoir organisé l'assassinat et le jardinier du couple, Meziane Belkacem, qui a reconnu avoir tué Bernadette Bissonnet, sur ordre du mari, en échange d'une rémunération de 30.000 euros. Jean-Michel Bissonnet, un homme d'affaires à la retraite, a toujours nié cette affirmation et émis l'hypothèse d'une vengeance du jardinier auquel la victime venait de refuser un prêt.

Ce week-end, une troisième personne a été mise en examen. Il s'agit d'Amaury d'Harcourt, 83 ans. Ce dernier avait impliqué le mari de la victime "comme étant le commanditaire du meurtre de son épouse" lors de sa garde à vue, le 7 mai dernier, explique la gendarmerie. M. d'Harcourt, ami du mari, avait alors reconnu son implication dans la disparition de l'arme du crime, qu'il avait jetée dans une rivière, Le Lez. Amaury d'Harcourt, dont la garde à vue avait été suspendue en raison de son âge, est poursuivi pour complicité d'assassinat et laissé en liberté sous contrôle judiciaire, également à cause de son âge, a précisé le parquet. Selon le Midi-Libre qui révèle l'information, le parquet avait demandé son incarcération.

Commando antiradar - Un seul homme derrière les attentats contre les radars ?

La direction centrale de la police judiciaire est sur les dents. Malgré d'importants moyens dégagés, elle n'a toujours pas réussi à mettre la main sur le ou les membres de la Fnar (Fraction nationaliste armée révolutionnaire), cet étrange groupuscule qui fait sauter des radars à l'explosifs dans l'Oise, le Val d'Oise et les Yvelines. Et voilà un an que ça dur ! Le premier radar avait explosé le 3 avril 2007 sur la D330, dans l'Oise. La neuvième et dernière explosion remonte au 4 mai dernier, à Saint-Gervais, dans le Val d'Oise.

Mais plus énervant encore pour les policiers : "le ou les membres de cette organisation passent souvent au travers de nos dispositifs de surveillance", reconnaît un enquêteur dans les colonnes du Parisien daté du dimanche 18 mai. Du coup, la thèse selon laquelle le commando antiradar pourrait n'être composé que d'un seul homme fait son chemin : "Ancien gendarme, ancien flic, on ne sait pas encore. Mais il s'agit d'une personne qui a des connaissances en matière d'explosifs et qui est suffisamment rusée pour déjouer notre travail", explique une autre source citée par le quotidien.

Une ou plusieurs personnes, le commando reste introuvable. Mais la sous-direction antiterrorisme ne lâche pas prise. Ne serait-ce que pour éviter de faire chou blanc comme ce fut le cas avec l'affaire AZF, en 2003, dont le ou les auteurs du chantage à la bombe sur les voies ferrées courent toujours.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Mar 20 Mai - 19:40

Le tueur d'une prostituée se rend à la police française

Un homme s'accusant du meurtre d'une prostituée française en Suisse s'est rendu lundi aux gendarmes de Rixheim (Alsace). Selon le parquet du canton de Bâle, l'homme, âgé de 38 ans, a affirmé avoir poignardé la prostituée retrouvée morte lundi en milieu de journée dans une cave de cette ville du nord-est de la Suisse.

Le suspect a été placé en garde à vue et le procureur de Mulhouse a ouvert une enquête. L'homme, qui connaissait la victime, sera jugé en France, a indiqué le porte-parole du parquet de Bâle.

La victime, âgée de 31 ans, résidait en France mais exerçait la prostitution en Suisse. Son corps a été découvert en milieu de journée par la gérante de l'immeuble, qui abrite plusieurs salons de massage tenus par des prostituées.

Enlèvement - Une fillette échappe à un enlèvement à Toulouse

Il s'en est fallu de peu. Dimanche dernier à Toulouse, une fillette de sept ans a échappé à une tentative d'enlèvement, dont l'auteur présumé, interpellé peu de temps après, est aujourd'hui en garde à vue.

Les faits se déroulent rue Boulbonne, à deux pas de la place du Capitole, en plein cœur de la Ville rose. Aux environs de 13 heures, un individu, caché sous un porche d'immeuble, ceinture une petite fille qui s'était éloignée de sa mère.

Alors que l'homme tente de l'entraîner avec lui, l'enfant parvient à se débattre et à hurler. Alertée par les cris, la mère accoure sur les lieux et contraint le kidnappeur à relâcher la fillette puis à s'enfuir. Peu de temps après, les policiers se lancent dans une chasse à l'homme discrète, et arrêtent le principal suspect "rapidement après les faits", selon le procureur de la République, Michel Valet.

Des gants et des préservatifs ont été retrouvés dans les poches de l'homme interpellé. Âgé de 48 ans, il a été immédiatement placé en garde à vue dans les locaux du commissariat central, où il se trouve toujours ce matin.

"Sa garde à vue a été prolongée et on se dirige vers l'ouverture d'une information judiciaire", a indiqué le procureur, précisant que l'homme serait présenté au juge d'instruction cet après-midi.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Mer 21 Mai - 10:38

Malfaçon - Alerte aux préfabriqués dangereux

La société Algeco a demandé il y a "une dizaine de jours" à ses clients, dont un collège de Seine-et-Marne, d'interdire l'accès à plusieurs centaines de préfabriqués à travers la France, en raison d'un risque, a indiqué mardi le directeur général d'Algeco France.

"A l'occasion d'un contrôle de routine récent, nous avons mis en évidence de mauvaises soudures dans la structure de deux séries de la gamme Modular Space", une société rachetée en octobre 2007 par Algeco, a expliqué Bertrand Quénot. "Il peut y avoir un risque en cas de superposition et par précaution, nous avons alerté tous nos clients il y a une dizaine de jours et leur avons demandé d'interdire l'accès aux structures le temps de déterminer la meilleure solution pour leur mise en sécurité", a-t-il ajouté.

Selon lui, "une centaine de sites" donc "plusieurs centaines" de préfabriqués sont concernés à travers toute la France. Si l'immense majorité sont des cantonnements de chantier, le collège de Lizy-sur-Ourcq en Seine-et-Marne est lui aussi concerné. Algeco procèdera dans la plupart des cas à une intervention sur les sites et renforcera notamment les poteaux des structures. L'intervention sur le collège de Lizy-sur-Ourcq a débuté et les préfabriqués pourront de nouveau accueillir des élèves "lundi prochain".

Toulouse - Rapt manqué : l'auteur était en liberté conditionnelle

Il s'en est fallu de peu. Dimanche à Toulouse, une fillette de sept ans a échappé à une tentative de kidnapping, dont l'auteur présumé, interpellé peu de temps après, a été mis en examen pour "enlèvement". Et, détail qui a son importance, il s'avère que cet homme, âgé de 47 ans, était en liberté conditionnelle depuis février.

Selon le procureur de la République de Toulouse, il s'agit d'un "homme condamné en 1981 à perpétuité pour crime: meurtre, vol avec arme et attentat à la pudeur". Après une année en semi-liberté à la prison de Tarbes, il a finalement bénéficié d'une libération conditionnelle à partir du 5 février 2008.

Les faits se sont déroulés rue Boulbonne, à deux pas de la place du Capitole, en plein cœur de la Ville rose. Aux environs de 13 heures dimanche, l'individu, caché sous un porche d'immeuble, a ceinturé la petite fille qui s'était éloignée de sa mère.

Alors que l'homme tentait de l'entraîner avec lui, l'enfant est parvenu à se débattre et à hurler. Alertée par les cris, la mère a contraint le kidnappeur à relâcher la fillette puis à s'enfuir. Peu de temps après, les policiers ont arrêté le principal suspect "rapidement après les faits", selon le procureur de la République.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Ven 23 Mai - 10:37

Marseille - Une mère et ses deux fils mortellement fauchés

C'est un dramatique accident de la route. Une mère et ses deux garçons, âgés de trois ans et de neuf mois, ont été tués jeudi à Marseille, fauchés sur un trottoir bordant une voie rapide par une moto qui venait d'être percutée par une voiture. Le pilote de la moto a été quant à lui grièvement blessé.

Le bébé de neuf mois avait été transporté, immédiatement après l'accident, vers 15 heurs, à l'hôpital Nord, dans un état critique. Il a succombé à ses blessures en début de soirée, a indiqué l'Assistance publique hôpitaux de Marseille.

La moto de grosse cylindrée a été percutée par une voiture avant de faucher la femme qui marchait en tenant la main de son fils de trois ans et en poussant une poussette transportant le bébé. Le père de famille, qui est indemne, marchait à leurs côtés. L'accident a eu lieu dans les quartiers Nord de Marseille. Selon les premiers éléments de l'enquête, la conductrice de la voiture, âgée d'une trentaine d'années, n'avait plus de points sur son permis de conduire suite à une série d'infractions. Elle a été placée en garde à vue au service central accidents de la Sécurité publique de Marseille.

"Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agit d'une faute de conduite", a déclaré à la presse le procureur de la République. "La voiture a braqué sur la droite pour tenter de prendre une bretelle conduisant au centre commercial. En déboîtant, elle a percuté une moto qui était masquée par un camion. Le deux-roues a terminé sa course sur un trottoir bordant la bretelle sur lequel marchait la famille, percutée de plein fouet," a -t-il indiqué.

Très choquée, la conductrice ne présentait, selon la police, aucune trace d'alcoolémie mais devait subir une prise de sang pour vérifier le résultat négatif à l'éthylotest. Le motocycliste, âgé de 22 ans, et touché aux membres supérieurs, conduisait sous le coup d'une annulation de permis.

Routes - Tragique accident d'autocar près de Blois : 7 tués

Un terrible accident s'est produit dans la nuit de jeudi à vendredi au niveau de Suèvres près de Blois, dans le Centre. Sept personnes sont mortes dans l'accident d'un autocar français transportant des ressortissants marocains sur l'autoroute A10. L'accident a également fait 19 blessés légers et le pronostic vital est engagé pour quatre autres personnes.

L'autocar, qui transportait 32 personnes, dont les deux chauffeurs, roulait dans le sens province-Paris lorsqu'il est venu s'encastrer, vers 2h50, dans une pile de pont sur le bord de l'autoroute, après s'être déporté sur la droite pour une raison inconnue. Le plan hors-sec a été déclenché. Les opérations de secours qui se poursuivent mobilisent 140 pompiers et 25 gendarmes. Trois hélicoptères ont également été mobilisés pour évacuer des blessés. Quatorze d'entre eux ont été transportés vers les hôpitaux de Blois, Tours et Orléans.

L'état du véhicule, dont la moitié avant a été totalement écrasée contre la pile du pont, semble indiquer qu'il roulait à vive allure au moment de l'accident. "Le choc a été d'une extrême violence", a souligné le ministre des Transports Dominique Bussereau, qui s'est rendu sur les lieu de l'accident en début de matinée. Il a précisé qu'une double enquête, judiciaire et technique, allait être être ouverte. "Une des hypothèses possibles est celle de l'endormissement du chauffeur, qui est décédé dans l'accident", a indiqué le préfet du Loir-et-Cher, présent lui aussi sur les lieux. Le préfet a toutefois souligné qu'aucune piste n'était écartée pour expliquer l'accident, qui s'est produit par temps sec et alors que la circulation était faible. Les enquêteurs vont notamment vérifier l'état mécanique du car, qui tractait une remorque.

Selon les premières constatations des gendarmes, le dernier relai entre ses deux chauffeurs a apparemment eu lieu à Ruffec, près d'Angoulême à environ deux heures de route du lieu de l'accident. Le car affrété par la société de transport Aziz, basée à Evreux (Eure), se rendait sur Paris. Les touristes étaient partis de Casablanca le 21 mai, ont indiqué les gendarmes. L'autoroute a été neutralisée entre Blois et Mer dans le sens Province-Paris. L'ambassadeur du Maroc en France est attendu sur les lieux de l'accident dans la matinée.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Ven 23 Mai - 18:50

Famille fauchée : la conductrice va être poursuivie

La conductrice qui a provoqué jeudi à Marseille la mort d'une maman et de ses deux petits garçons fauchés par une moto qu'elle avait heurtée devrait être mise en examen samedi pour homicides involontaires avec circonstances aggravantes. Elle sera déférée au parquet à l'issue de sa garde à vue qui a été prolongée vendredi, puis présentée à un magistrat instructeur pour être mise en examen. Les circonstances aggravantes sont des violations délibérées des conditions de sécurité et l'annulation de son permis de conduire dont elle avait été avisée par courrier.

La jeune femme avait perdu ses points notamment pour des excès de vitesse et des conduites avec téléphone. Elle n'avait aucune trace d'alcool jeudi, a confirmé une prise de sang. Jeudi après-midi, alors qu'elle circulait sur une voie rapide, elle avait percuté une moto de grosse cylindrée masquée par un camion en déboîtant soudainement pour tenter de prendre une bretelle conduisant au centre commercial du Merlan, dans les quartiers Nord de Marseille.

La moto a fini sa course sur un trottoir bordant la bretelle sur lequel marchait une famille qui a été percutée de plein fouet. Une femme de 38 ans et ses deux fils, âgés de trois ans et neuf mois, ont été tués tandis que le père était indemne. Le motocycliste, touché aux membres supérieurs, était toujours hospitalisé vendredi. Il avait également été avisé par courrier de la perte de tous ses points de permis.

Pour le parquet, il n'est pas le responsable principal de l'accident puisqu'il a été heurté par la conductrice. Il appartiendra à l'information de déterminer une éventuelle implication. Le sénateur-maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a proposé l'aide de la municipalité au chef de la famille décimée, natif d'Oran qui a exprimé via des proches son intention d'inhumer les siens en Algérie.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Dim 25 Mai - 18:25

Sauvés in extremis alors qu'ils se suicidaient

Deux jeunes qui tentaient de se suicider à l'aide du gaz d'échappement de leur voiture ont été secourus par des bûcherons dans une forêt du Nord.
Une troisième candidate au suicide s'était ravisée quelques minutes avant de passer à l'acte.


Ils voulaient mettre un terme à leur "mal être", en élaborant un scénario suicidaire qui fait froid dans le dos. Une Tourangelle de 19 ans, une Bretonne de 22 ans et un Lillois de 23 ans ont été sauvés in extremis samedi en forêt de Mormal à Locquignol, dans le Nord. Les trois jeunes désespérés s'étaient retrouvés jeudi vers deux heures dans la forêt pour mettre en place leur projet de suicide : mourir dans leur voiture, en inhalant le gaz d'échappement du véhicule. Mais au moment de passer à l'acte, une des deux jeunes filles a changé d'avis. "Elle a quitté la voiture et demandé de l'aide à un automobiliste qui l'a amené à l'hôpital", a indiqué le capitaine Thierry Bride de la gendarmerie d'Avesnes-sur-Helpe.

Retrouvés jeudi au petit matin par des bûcherons, intrigués par la présence d'une voiture stationnée dans un chemin et du dispositif - un tuyau qui sortait du pot d'échappement - les deux autres jeunes gens étaient encore vivants en dépit de l'absorption de gaz et de médicaments. Les bûcherons ont effectué les premiers gestes de secours et les deux jeunes gens ont été hospitalisés à Maubeuge. Leurs jours ne sont plus en danger.

Leur compagne précédemment recueillie n'avait pas mentionné leur situation par respect pour le pacte qui les avait réunis sur un forum internet, selon La Voix du Nord. "La rubrique 'suicide' du site utilisée par les jeunes gens a été fermée", a précisé la gendarmerie, qui précise qu'il existe à Rosny-sous-bois une cellule de veille qui traquait les différents sites appelant notamment au suicide.

L'enquête judiciaire est entre les mains du procureur de la République qui devrait éventuellement décider des poursuites à l'encontre de l'hébergeur du site. En janvier 2005, deux adolescentes s'étaient suicidées ensemble en se jetant d'une falaise du Pas-de-Calais après avoir affiché plus ou moins clairement leurs intentions sur un blog. Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-25 ans en France.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: faits divers   Sam 31 Mai - 19:22

Violences scolaires - Il essaie d'étrangler sa prof en plein cours

Un élève du lycée professionnel Pierre Mendès-France, à Villiers-le-Bel, s'est jeté à la gorge de son enseignante qui lui reprochait son comportement.
La victime a été brièvement hospitalisée et son agresseur placé en garde à vue. Les enseignants prévoient de manifester lundi.



Les faits, révélés par Le Parisien, ont été confirmés depuis par la préfecture du Val-d'Oise : vendredi en fin de matinée, à Villiers-le-Bel, un élève du lycée professionnel Pierre Mendès-France s'est jeté à la gorge d'une enseignante. Il a fallu, selon le journal, l'intervention des autres élèves pour arrêter cet adolescent de 14 ans, rendu furieux par des remarques de l'enseignante. A l'origine de cette crise d'agressivité, une discussion générale entre la prof et les élèves de sa classe pour faire le bilan de fin d'année. Discussion rapidement ponctuée de mots aigres de la part de l'adolescent et d'une réplique acerbe de sa prof, s'il faut en croire Le Parisien. Avant l'agression en pleine salle de classe...

Sur ce qui s'est dit avant ce passage à l'acte de l'élève, la préfecture se contente d'indiquer que l'enseignante lui avait reproché "un comportement perturbateur" avant de se retrouver "saisie à la gorge". La victime, âgée d'une quarantaine d'années, a été transportée vendredi "non blessé mais choquée" à l'hôpital de Gonesse d'où elle est ressortie quelques heures plus tard, a-t-on précisé au cabinet du préfet. S'il faut en croire Le Parisien, elle portait des marques de strangulation.

L'adolescent, inscrit en 3ème développement professionnel, "une classe particulièrement difficile" selon Le Parisien, a été interpellé vendredi dans les locaux de l'établissement avant d'être placé en garde à vue à Sarcelles. Selon Le Parisien, l'adolescent a été remis à ses parents vendredi et le lycée a été fermé vendredi après-midi. Le proviseur a prévu de déposer plainte au nom de l'école et les professeurs envisagent de manifester devant leur établissement lundi.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: faits divers   

Revenir en haut Aller en bas
 
faits divers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fait divers monstrueux.
» faits-divers
» 14 faits époustouflants à propos de la succession de Michael Jackson
» Instruments à cordes grattées
» Status Quo à Carcassonne - Mardi 7 juillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre nous :: Discussion générale :: Actualités Divers-
Sauter vers: