ici on discute de tout et de rien
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cinq personnes dont trois policiers d'Amiens en garde à vue pour des propos racistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Cinq personnes dont trois policiers d'Amiens en garde à vue pour des propos racistes   Ven 8 Fév - 19:00

Cinq personnes, dont trois policiers de la brigade anticriminalité d'Amiens qui ont depuis été suspendus par leur hiérarchie, étaient en garde à vue vendredi à la suite de propos racistes présumés tenus dans un bar d'Amiens dans la nuit du 1er au 2 février.



Selon plusieurs témoignages, ce groupe aurait fait irruption vers 23h30 dans le pub "My Goodness", à Amiens, aux cris de "sieg heil" avant de trinquer en criant des propos violemment antisémites entrecoupés de saluts hitlériens.

Les trois policiers -un brigadier chef d'une quarantaine d'années et deux gardiens de la paix trentenaires-, étaient en civil et avaient quitté leur service une demi-heure plus tôt, selon une source policière.

L'un des suspects a été placé en garde à vue "depuis jeudi en fin d'après-midi", et les autres l'ont été soit "pendant la nuit" de jeudi à vendredi, soit vendredi matin, a précisé le procureur de la République d'Amiens Patrick Beau, qui a ouvert jeudi une enquête préliminaire.

Une source proche de l'enquête a indiqué que l'un des policiers serait représentant de la FPIP (Fédération professionnelle indépendante de la police), un syndicat minoritaire d'extrême droite et qu'un autre aurait fait des campagnes pour le Front National.

Selon le patron du bar, les suspects étaient passablement "énervés" à leur arrivée dans l'établissement et se sont "lancés dans des diatribes verbales accompagnées de gestes en rapport", a expliqué son avocat Hubert Delarue. "Ils ont tenu des propos racistes, antisémites et xénophobes", a-t-il affirmé. Ils auraient aussi pris à partie deux employés d'origine africaine.

"Un employé leur a demandé d'arrêter ou de quitter le bar (...) Le patron leur a demandé à son tour et des clients ont commencé à s'exciter, à s'indigner. Ils ont fini par partir en maugréant, tout en menaçant (le patron) de représailles si la chose s'ébruitait", a-t-il ajouté.

Le procureur a précisé avoir reçu vendredi une plainte du patron du bar pour "menaces sous condition" et avoir ordonné une enquête jointe sur cet aspect.

Le "My goodness", situé dans un quartier animé, est un "établissement tout à fait correct, où il semble qu'ils (les policiers) allaient parfois", a souligné le procureur. "Ils n'en étaient pas des piliers, mais ils ont été identifiés comme policiers" par plusieurs clients.

Par ailleurs, selon Me Delarue, les cinq hommes auraient "tous fait état d'une qualité de policier" lors de leur passage dans le bar.

Des clients ont apporté leurs témoignages écrits au patron qui les a transmis à la police, selon l'avocat.

Le syndicat de policiers Alliance de la Somme s'est dit étonné par l'affaire, affirmant que si les faits étaient "avérés, c'est inacceptable".

"Ils étaient bien notés et faisaient bien leur travail", a souligné Didier Courtin, secrétaire départemental du syndicat. "Deux d'entre eux avaient même été décorés il n'y a pas longtemps", a-t-il précisé.

"On n'a jamais vu de comportements anormaux" de leur part, a-t-il encore noté, alors que les suspects auraient revendiqué dans le bar leur appartenance au mouvement néo-nazi "White power".

Jeudi, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a condamné "avec la plus grande fermeté ces actes et propos intolérables" et indiqué que l'Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices), était chargée d'une enquête.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Cinq personnes dont trois policiers d'Amiens en garde à vue pour des propos racistes   Sam 9 Fév - 18:29

Cinq suspects face au juge pour des propos racistes


Parmi eux, trois policiers, qui ont été suspendus par leur hiérarchie. Les faits se seraient produits dans un restaurant d'Amiens.
Les suspects auraient fait irruption dans l'établissement aux cris de "sieg heil" et en faisant des saluts hitlériens.


Les cinq personnes, dont trois policiers, soupçonnées d'avoir proféré des propos racistes dans la nuit du 1er au 2 février dans un bar d'Amiens devraient être présentées à un juge samedi après-midi. "Le parquet d'Amiens s'achemine vers l'ouverture d'une information judiciaire et la présentation des cinq personnes à un juge d'instruction", a déclaré le procureur adjoint de la République Philippe Petitprez.

Le groupe est soupçonné d'avoir tenu des propos antisémites et racistes et d'avoir clamé "Sieg Heil" en faisant le salut hitlérien dans le pub My Goodness d'Amiens. Ses membres auraient pris à partie deux employés d'origine africaine et proféré des menaces de représailles envers le patron de l'établissement si l'affaire s'ébruitait. "Les faits sont en grande partie contestés. Ils ne reconnaissent que certains propos. Concernant les propos les plus graves, on n'a pas d'aveux", a souligné Philippe Petitprez.

Les suspects nient en grande partie les faits

La garde à vue a été prolongée vendredi soir. Trois des cinq suspects font partie de la Brigade anti-criminalité d'Amiens - l'un d'eux est brigadier-chef ; ils ont tous trois été suspendus par leur hiérarchie. Un autre suspect est gérant d'une société commercialisant des viandes et le dernier boucher.

Selon des sources proches de l'enquête, le brigadier-chef a fait des campagnes pour le Front national et son épouse est conseillère régionale de Picardie pour ce parti. Il est également syndiqué à la Fédération professionnelle indépendante de la police, un syndicat classé à l'extrême droite.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Cinq personnes dont trois policiers d'Amiens en garde à vue pour des propos racistes   Dim 10 Fév - 13:29

Propos antisémites dans un bar: 3 policiers mis en examen à Amiens

Cinq personnes, dont trois policiers, soupçonnées d'avoir tenu des propos antisémites dans la nuit du 1er au 2 février dans un bar d'Amiens, ont été mises en examen samedi pour "provocation à la haine raciale" et laissées libres sous contrôle judiciaire, a-t-on appris de source judiciaire.


Dans le pub amiénois "My Goodness", les membres du groupe auraient crié "Mort aux Juifs" et dit: "Il faut rouvrir les fours crématoires", a expliqué à l'AFP le procureur adjoint de la République d'Amiens, Philippe Petitprez.

Ils auraient également réalisé à plusieurs reprises des saluts hitlériens et crié "Sieg Heil" et "Heil Hitler".

Un des policiers, brigadier-chef à la brigade anti-criminalité (BAC) d'Amiens, aurait aussi tenu des propos xénophobes, à savoir qu'il "refus(ait) de laisser son pays colonisé par les bougnoules ou les négros", a précisé le parquet.

Soupçonnés d'avoir exercé des menaces sur le gérant de l'établissement, deux suspects, le brigadier-chef et un gérant de société commercialisant de la viande, ont également été mis en examen pour "actes d'intimidation envers une victime".

"Tous reconnaissent peu ou prou avoir levé leurs verres en prononçant des mots tels que +Heil Hitler+ ou +Sieg Heil+" et d'avoir fait des "saluts hitlériens" mais "personne ne reconnaît avoir tenu les propos antisémites, notamment les plus violents, comme +Mort aux Juifs+", a déclaré M. Petitprez.

"Nous disposons par contre de témoignages de plusieurs personnes qui nous paraissent extrêmement fiables", a-t-il ajouté.

"Les actes d'intimidation sont (aussi) contestés", a noté le procureur adjoint, en soulignant que "cette accusation repose essentiellement sur les dires du gérant du bar".

M. Petitprez a précisé qu'"aucun n'(avait) revendiqué une appartenance à un mouvement néo-nazi".

Selon des sources proches de l'enquête, le brigadier-chef, âgé de 39 ans, a fait des campagnes pour le Front national et sa femme est conseillère régionale de Picardie sous cette étiquette. Il est également syndiqué à la FPIP (Fédération professionnelle indépendante de la police), syndicat minoritaire d'extrême droite.

Les autres suspects sont deux policiers âgés de 30 et 37 ans, suspendus comme leur collègue de leurs fonctions depuis la révélation des faits, un boucher de 40 ans et un gérant de société de commerce de viande de 41 ans.

Les cinq suspects ont été laissés en liberté sous contrôle judiciaire, comme l'avait requis le parquet. Pour la provocation à la haine raciale, qui fait encourir un an de prison, "la détention provisoire n'est pas possible", a expliqué M. Petitprez.

Pour le deuxième chef, "elle l'est théoriquement, mais hormis le trouble à l'ordre public, on n'a pas vraiment de critères permettant de demander la détention. Or le trouble à l'ordre public n'est plus un critère de détention provisoire depuis l'année dernière en matière correctionnelle", a-t-il précisé. Deux jeunes hommes, des Français d'origine maghrébine, ont par ailleurs déposé plainte samedi contre des policiers amiénois, dont deux mis en cause dans l'affaire du pub. Quelques heures après les événements survenus au "My Goodness", ces policiers les auraient pris à partie dans une discothèque.

Interrogé sur ce dossier, M. Petitprez a simplement indiqué qu'une enquête était en cours pour vérifier les dires des plaignants qui expliquent "avoir reconnu les policiers sur le journal".

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cinq personnes dont trois policiers d'Amiens en garde à vue pour des propos racistes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cinq personnes dont trois policiers d'Amiens en garde à vue pour des propos racistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Long Train Running
» Etes-vous "pour ou contre" les personnes qui "imitent"Michael ?
» un site pour personnes sensibles
» Trois histoires sacrées de Marc-Antoine Charpentier
» [expo] Trois ou quatre choses que je sais d'elle / la photographie - St Germain le Vasson (14)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre nous :: Discussion générale :: Actualités Divers-
Sauter vers: