ici on discute de tout et de rien
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hormone de croissance : l'heure du procès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Hormone de croissance : l'heure du procès   Mer 6 Fév - 20:14

Cent onze jeunes sont morts en France de la maladie de Creutzfeldt-jakob après avoir été traités à l'hormone de croissance.
Après 16 années d'une instruction complexe, sept médecins sont convoqués devant la justice.


COMMENT L'AFFAIRE A DEBUTE ?

L'alerte a été donnée pour la première fois en décembre 1991, avec la plainte déposée par les parents de Llyassil, mort de la maladie de Creutzfeldt-Jakob à 15 ans, après sept ans de traitement à l'hormone de croissance. Ils ont vu leur fils souffrir de troubles neurologiques affectant vision et équilibre, provoquant céphalées, régression intellectuelle puis la mort.

De 1960 à 1988, les troubles de la croissance du à une insuffisance hypophysaire ont été soignés en France par des hormones de croissance fabriquées par l'institut Pasteur à partir d'hypophyses humaines prélevées sur des cadavres en France, en Bulgarie et en Hongrie, par l'association France Hypophyse. Selon le dossier judiciaire, 1968 enfants ont reçu, comme Llyassil, des hormones humaines pour grandir un peu. Les hormones, qui se sont révélées être contaminées, étaient redistribuées par la Pharmacie centrale des hôpitaux, un service public chargé de la distribution des médicaments. Au long de l'instruction, 110 décès supplémentaires vont êtres recensés.


LE PROCES D'UNE EXCEPTION FRANCAISE

Ce procès est l'aboutissement de 16 ans d'instruction. Au bout de ce long parcours judiciaire semé d'embûches - enchevêtrements des responsabilités médicales et administratives, risque de prescription, etc... - sept prévenus, tous médecins, comparaissent à partir de ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris. Les débats vont durer 4 mois, à raison de trois audiences par semaine. Les sept médecins vont devoir s'expliquer sur "les graves fautes d'imprudence et de négligence" qu'on leur reproche d'avoir commises dans la collecte, le conditionnement et la distribution de cette hormone de croissance. Ils sont poursuivis pour "tromperie aggravée, homicides et blessures involontaires". Les prévenus nient tout délit, expliquant qu'ils ont agi en fonction des connaissances scientifiques de l'époque.

L'instruction menée contre vents et marées par la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy a pourtant permis de mettre à jour un système où, devant la demande croissante, France Hypophyse a multiplié les imprudences pour intensifier la collecte : accord avec des établissements à risque, primes en liquide aux garçons de laboratoires incitant aux "prélèvements sauvages", extraction rapide mais peu sûre par voie buccale...

En novembre 1984, la communauté internationale est alertée par la mort d'un Américain de 21 ans. L'année suivante, une douzaine de pays, dont les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, interdisent l'hormone d'extraction, passant à celle de synthèse. Pas la France, qui attend 1988, se contentant d'abord de resserrer les règles de sécurité pour stériliser les prélèvements. Mais sans vérifier leur application, ni prévenir les parents des risques... L'enquête a conclu à une spécificité française dans cette affaire, la France comptant en 2004 58% de tous les cas mondiaux de maladie de Creutzfeldt-Jakob liés à l'hormone de croissance.


L'ATTENTE DES FAMILLES

"C'est le procès de la toute puissance des gens qui croient détenir le savoir, qui sont imbus d'eux-mêmes et ne se remettent jamais en question", résume Jeanne Goerrian, présidente de l'Association des victimes de l'hormone de croissance, ajoutant que les familles veulent d'abord que "justice soit faite". L'Etat, échaudé par l'affaire du sang contaminé, n'a pas attendu la justice et déjà procédé à l'indemnisation des victimes : 225 000 euros par décès, plus des dommages et intérêts variables pour les proches. Des ajustements seront demandés au cours du procès.


QUEL ROLE A JOUE CHAQUE PREVENU ET QUE LEUR REPROCHE-T-ON ?

Jean-Claude JOB , 85 ans, pédiatre endocrinologue, président de France Hypophyse : l'enquête lui reproche de ne pas s'être assuré que les règles de sécurité étaient respectées, d'avoir poussé à l'accroissement des prélèvements, au point d'organiser des collectes dans des établissements non autorisés ou à risques (neurologie, gériatrie...)

Fernand DRAY, 85 ans, biochimiste responsable de l'extraction et de la purification de l'hormone dans son labo de l'Institut Pasteur où, selon l'enquête, "les règles élémentaires de prudence faisaient défaut" (contrôle des matières premières, identification claire des lots, respect des protocoles....). Il est également accusé de corruption et prise illégale d'intérêts.

Henri CERCEAU, 70 ans, directeur de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PHC) de 1981 à 1991. Soupçonné de ne pas avoir respecté les règles de contrôle de qualité, ni celles de sécurité édictées en 1985, lorsque le monde médical est alerté du premier décès de la maladie de Creutzfeldt Jakob aux USA d'un jeune homme traité à l'hormone de croissance.

Marc MOLLET, 83 ans, chef du service de la distribution aux particuliers au sein de la PHC. Il est lui aussi accusé de manque de vigilance alors qu'il connaissait les risques.

Jacques DANGOUMAU, 72 ans, directeur de la pharmacie et du médicament au ministère de la Santé de 82 à 87 et membre du conseil d'administration de France Hypophyse. Accusé d'être resté "passif et peu impliqué". Il n'a notamment pas vérifié que les nouvelles mesures de purification édictées en 1985 étaient bien appliquées.

Elisabeth MUGNIER , 59 ans, pédiatre responsable de la collecte des hypophyses dans les hôpitaux, est accusée d'avoir cherché à multiplier le nombre de prélèvements "au détriment de la qualité et de la sécurité".

Micheline GOURMELEN, 71 ans, médecin accusé d'avoir contribué à la mort du jeune Sébastien Birolo en 97, en lui ayant prescrit "sans raison médicale" de l'hormone de croissance, puis en ayant "persisté" alors qu'un test médical avait montré que le garçon secrétait naturellement cette hormone.

Jean-Claude Job, Fernand Dray, Henri Cerceau et Marc mollet sont aussi soupçonnés de tromperie aggravée, et de complicité pour Elisabeth Mugnier, parce qu'ils n'ont pas informé les parents des risques potentiels.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nath
Administratrice
Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 34
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Re: Hormone de croissance : l'heure du procès   Sam 9 Fév - 18:27

Hormone de croissance : le professeur Job se défend sur tous les fronts


Prévenu central au procès des hormones de croissance, il a multiplié vendredi les fronts de défense avec appel à la rescousse d'une ancienne collaboratrice.

Le professeur Jean-Claude Job, prévenu central au procès des hormones de croissance, a multiplié vendredi les fronts de défense avec appel à la rescousse d'une ancienne collaboratrice, le décrivant en médecin "sérieux" et "compatissant", et du président du conseil de l'ordre des médecins de Paris. Mais il a eu plus de mal, à la barre du tribunal correctionnel de Paris, à expliquer pourquoi l'hormone de croissance n'avait jamais eu d'autorisation de mise sur le marché (AMM), une procédure obligatoire pour les médicaments.

Avec son 1,40 m, Jeannine Chicot n'est pas assez grande pour déposer à la barre et parle avec émotion de la souffrance de ces enfants trop petits, et de leurs parents, qui venaient chercher secours auprès du professeur Job, avec qui elle a travaillé comme psychologue. "Toute ma vie, j'ai souffert de ma petite taille. On m'a toujours considérée comme une personne inférieure", dit cette femme de 76 ans, aujourd'hui religieuse. "Même dans ma congrégation, un certain nombre de soeurs ne me prennent pas au sérieux", ajoute soeur Marie-Bernard. "Les familles nous suppliaient de faire quelque chose", se souvient-elle. "Un père, grand et bel homme, s'est suicidé parce qu'il avait un enfant nain". Malgré la pression, "M. Job pratiquait des examens extrêmement sérieux. Jamais il n'a donné d'hormone de croissance dès la première consultation. Il écoutait profondément les familles", assure-t-elle.

Alors que le pédiatre est aussi accusé d'avoir trompé les familles en leur cachant le risque de contracter la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), dont plus de cent jeunes ont péri, Soeur Marie-Bernard se souvient d'une réunion, peu après le premier décès aux Etats-Unis, fin 1984, où "il a expliqué très clairement les choses. Il y avait beaucoup de familles à cette réunion mais elles ont choisi de continuer", dit-elle. Me Bernard Fau, défenseur des parties civiles, s'étonne: "pas une seule famille représentée ici n'a assisté à cette réunion". La religieuse est catégorique : "cette réunion a eu lieu, j'y étais. C'est sûr. C'était une grande salle et elle était pleine. J'avais pris des notes mais je ne les ai pas retrouvées".

"Il a peut-être pêché par insuffisance"

A 77 ans, Jean Langlois préside par intérim le conseil de l'ordre des médecins de Paris. "La MCJ n'a véritablement été connue en France que dans les années 90", affirme-t-il. Etait-il pour autant normal que les hypophyses, glandes crâniennes prises sur les cadavres pour fabriquer l'hormone, aient été prélevées "dans des établissements non agréés" par des "garçons d'amphithéâtre sans contrôle médical ?", demande Me Fau. "Non", reconnaît le docteur. Mais il vole au secours du professeur Job : "sa compétence en matière de prélèvement d'organe était extrêmement rudimentaire... Il a peut-être pêché par insuffisance parce que trop confiant, mais je ne pense pas qu'il soit intervenu dans les pratiques".

En 1975, France Hypophyse, qui a le monopole de l'hormone de croissance, renonce à demander une autorisation de mise sur le marché, un processus administratif qui, selon l'accusation, aurait permis de mettre en évidence les risques. "C'était un dossier lourd à constituer. Nous étions dans la pénurie la plus complète et l'idée de consacrer une partie importante des hypophyses à une procédure administrative, plutôt qu'aux familles, nous a paru inopportune", se défend-il. Et de souligner qu'il ne présidait pas encore l'association. Son prédécesseur Pierre Royer "décidait". "Moi j'écrivais, j'étais le porte-plume".

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hormone de croissance : l'heure du procès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» j'avais une heure à perdre ...
» 2010-02-14 - CATALANOTTI S. - Heure d'orgue, Cannes - 14 FEV - 16h30
» Portes ouvertes jusqu'a quelle heure ?
» A quelle heure vous levez-vous ?
» JOUR J HEURE H POUR L'ALBUM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre nous :: Discussion générale :: Actualités Divers-
Sauter vers: