ici on discute de tout et de rien
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour Amor Kaak, témoin traqué, l'enfer continue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nath
Administratrice
Administratrice


Féminin Nombre de messages : 1388
Age : 33
Localisation : Bourg Les Valence (Drôme)
Emploi/loisirs : conseiller clientèle, séries tv, internet, jeux
Humeur : bof
Date d'inscription : 25/01/2008

MessageSujet: Pour Amor Kaak, témoin traqué, l'enfer continue   Lun 4 Fév - 22:11

Le procès en appel des meurtriers de Lassid Lamiri, qui devait s'ouvrir ce lundi a du être reporté, l'un des accusés s'étant... volatilisé. Pour Amor Kaak, témoin principal, le calvaire continue.
D'autant qu'il est toujours sans nouvelle de la Chancellerie au sujet de sa demande d'indemnisations pour les préjudices subis.



Depuis près de cinq ans maintenant, Amor Kaak vit dans la terreur d'être tué. Depuis que ce patron de snack a surpris une conversation entre des jeunes parlant de préparatifs d'expédition punitive contre un dénommé Lassad Lamiri. Apprenant peu de temps après la mort par balle de ce dernier à Fontaine, près de Grenoble, il acceptera de témoigner à charge aux assises de l'Isère. Mais le 27 janvier 2007, faute de preuves formelles, les cinq jeunes sont acquittés. Depuis, deux d'entre eux ont été abattus dans des règlements de comptes : Medhi M'ssalloui le 24 février 2007, Miloud Eran le 24 décembre dernier. Amor Kaak, à qui l'on a demandé de témoigner à visage découvert, dit craindre lui aussi pour sa vie. Il a dû vendre son snack et vit caché, sans argent, dans un village dont le nom reste tenu secret. Tout cela, juste parce qu'il a voulu remplir son devoir de citoyen.

Un des accusés introuvable

Ce lundi 4 février devait se tenir le procès en appel des meurtriers présumés de Lassad Lamiri. Espérant en finir avec ce cauchemar, Amor Kaak a une nouvelle fois accepté de témoigner. Il devra pourtant attendre. Le président de la cour d'assises de Grenoble a en effet délivré une ordonnance de renvoi du procès à septembre prochain. "Pour deux raisons, explique à LCI.fr Pierre-Marie Cuny, avocat général au parquet de Grenoble. La première raison est que l'un des accusés a demandé le report de l'audience car il doit passer des examens professionnels au même moment. Surtout, explique-t-il, l'un des deux autres accusés, à savoir Amin Henchour, n'a pu être touché par la convocation". En clair, il n'habite plus à son adresse. A-t-il pris la fuite ? La question reste pour l'heure sans réponse. La Cour attend de recevoir un procès-verbal de recherche infructueuse pour délivrer un mandat d'arrêt et tenir le procès avec ou sans Amin Henchour.

Indemnisations : le silence de la Chancellerie

Pour l'avocat d'Amor Kaak, Maître Dominique Chambon, la pilule est dure à avaler. "Mon client vit dans la peur, sa vie est brisée et il n'en peut plus". Mais ce qui l'indigne le plus aujourd'hui, c'est le silence assourdissant du ministère de la Justice à l'égard de son client. Le 11 décembre dernier, il avait obtenu aux forceps un rendez-vous avec plusieurs hauts fonctionnaires du cabinet de la Garde des Sceaux Rachida Dati. "On nous a confirmé qu'il y avait un vide juridique dans le droit français concernant les personnes comme mon client. Le service d'indemnisation des victimes a pris notre dossier et devrait se prononcer rapidement", avait alors déclaré plustôt optimiste au sortir de la réunion Maître Chambon sur LCI.fr. Pour son client il demande 220 000 euros pour préjudice économique et moral, "une somme raisonnable au regard des préjudices subis", selon lui.

Mais voilà, le ministère ne s'est toujours pas manifesté. "Pourtant des choses ont été entreprises puisque la Chancellerie m'a contacté pour solliciter mon avis, atteste Pierre-Marie Cuny. J'ai à cette occasion rappelé que monsieur Amor Kaak était un témoin essentiel dans l'affaire Lamiri et que les éléments dont il fait état sont tout à fait valables. Son désarroi est plus que compréhensible".

Le délai légal de deux mois expire le 10 février prochain. "Je ne sais pas où cela bloque au cabinet de Rachida Dati mais si la Chancellerie ne se manifeste pas d'ici cette date, explique Maître Chambon sur LCI.fr, je serai obligé de saisir le tribunal administratif au motif de la responsabilité sans faute de l'Etat". Contactée vendredi après-midi, la Chancellerie n'a dans l'immédiat pas donné suite à nos sollicitations. En attendant, Amor kaak n'arrive plus à vivre. L'épée de Damoclès qui pèse sur sa tête est trop lourde.

_________________
"Nul ne s'est jamais perdu dans le droit chemin" Goethe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
boudieb:
Invité



MessageSujet: cri de colere   Jeu 5 Fév - 15:47

Moi Boudieb Tark qui a était dans cet affaire acquitté 2 fois vous accuse vous hauteur de cet article de m'avoir insulté sans même me connaître .En divulguant des fausse informations dite par OMAR kAAK Qui va être poursuivi pour dénonciation calomnieuse .Ce qui fait de vous complice par vos ignoble Articles non justifié d'avoir consenti délibérément a un usage de faux .Le professionnalisme et de rigueur quand on ose insulté une personne de faisant partie de la pègre et l'avoir odieusement accusé de complice dans un assassinat alors que vous me connaissez même pas c inhumain et odieux !!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
 
Pour Amor Kaak, témoin traqué, l'enfer continue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DU JAMAIS VU
» sonorisation stade
» [T] 10/05/ 2013: europa park
» S'enregistrer bien pour pas (trop) cher.
» un reins en moin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre nous :: Discussion générale :: Actualités Divers-
Sauter vers: